La Grande Parenthese (avis sur le livre)

Equipage le 01/31/2008

Analyse d'un récit d'une aventure que d'autres appelleront "Une Folie"

la grande parenthese La Grande Parenthèse

6 ans d’aventures en famille autour du Monde

Edition « Pages du Monde »
Par René VAN BEVER


A la demande de Hisse et oh et sur mes propositions, j’ai accepté, au vue des mes disponibilités actuelles de lire un certain nombres d’ouvrage que l'équipage, voudra bien me confier et d’en faire une analyse.

Loin de moi l’idée de me faire valoir comme « critique littéraire », je n’en ai ni les compétences, ni l’envie.

Ce que je vous livre relève de ma seule analyse, en fonction des mes convictions, n’engage que moi, et ne peut remettre en cause l’indépendance et l’impartialité de Hisse et Ho.

« Les auteurs sont responsables de leurs écrits ».

« La Grande Parenthèse » raconte l’épopée sur 6 années à travers le monde sur terre comme sur mer, d’un couple et de ses deux jeunes enfants.

Ce livre se lit comme un roman d’aventure, et pourrait très bien avoir été écrit au fond d'un bureau sombre d’un écrivain, bien documenté, de la Creuse et ou des Ardennes.

Certaines aventures humaines ne peuvent être imaginées, elles sont la preuve de l’authenticité du récit.

L’auteur, dans son désir de nous faire partager sa « folie », « Partir à l’aventure autour du monde en famille avec de jeunes enfants », nous mets l’eau à la bouche des les premières pages.

Mais ce que malheureusement il ne nous dit pas trop « Comment faire »
A moins que cela fasse parti du rêve et que c’est à tout un chacun de le découvrir ?

La question qui revient fréquemment « à toutes les personnes de mon entourage, à qui j’ai fait lire cette aventure »

COMBIEN CA COUTE ?

Vivre 6 ans, 6 années sabbatiques, où trouver l’argent, comment faire, qui prête ?

Je pense que je suis un peu trop terre à terre et casse le rêve, mais dans mon délire de faire comme eux, j’aurai bien aimé avoir quelques « billes » pour résoudre ce problème, « Les SOUS ».

Le bateau, je l’ai, va-t-il tenir le coups, ou il faut que j’en achète un autre ?

Le Gas-oil, combien de litre ? Y a pas toujours du vent et un coup de moteur pour se sortir d’une passe difficile est toujours agréable.

Combien pour se nourrir, les places de ports et ou de marinas ?

Combien pour se déplacer dans les arrières pays, pour visiter, les musées ne sont pas tous gratuits, et une location de voiture c’est au minimum 10 € par jours ?

Le canal de Panama, et plus tard celui de Suez, ne sont pas gratuits, les écluses non plus ?

Les différents allers retour en Europe, même en tarif réduit, ça coûte.
Les « Bakchichs » pour avoir la paix.

Il faut pour partir être un peu mécanicien, électronicien, chirurgien, cuistot, prof, plongeur et accessoirement marin, n’étant pas expert en tout et n’ayant pas toutes les rechanges à bord, qui paye et combien ?

Il faut tout prévoir la carte vitale, la Sécu, tous les pays traversés n’ont pas la protection de notre « Sécu nationale », et dans certains endroits, il faut un portefeuille bien rempli pour pouvoir être soigné.

Deuxième point qui m’a laissé sur ma faim, le récit est un peu trop vague.
Je ne demande pas une photo copie du Journal de bord, mais un condensé aurait été le bien venu, c’est du vécu à chaud ,pris sur le vif et qui reflète bien l’angoisse, la joie, la peine,l’amour d’un moment privilégié.
Peut-être il faudrait assister aux conférences et ou acheter les DVD du voyages, mais là aussi je crains que toutes les questions que je me suis posées restent sans réponses

Lisez ce livre, il en vaut le coups et rendez-vous dans les quarantièmes rugissants, ou au cul d’un transconteneur dans le Canal de SUEZ.

Papyjeff



**************




En 1996 René Van Bever décide d’emmener sa famille faire le tour du monde à la voile. 3 ans plus tard ils quittent la mer du Nord et vont naviguer pendant 6 années avant de revenir s’installer dans le Lot.

La Grande Parenthèse est le récit de ce vagabondage. Ici pas de navigations héroïques. La route retenue est celle des Alizés, du canal de Panama, du détroit de Malacca et du canal de Suez. Il ne s’agit pas de se frotter aux 3 caps. Le vent arrière est préféré au près, les coups de vents sont des sources d’inconfort et non pas des occasions d’exploit. Les mouillages idylliques alternent avec les séjours en marina, les mauvaises saisons sont l’occasion de retours en Europe par avion.

Le livre nous décrit les rencontres amicales aux escales, facilitées par la présence des deux enfants et la volonté des contacts rapides mais éphémères comme le sont les rencontres de vacances. L’amour de la plongée trouve les occasions de se satisfaire. Les tracasseries de la terre, administrations tatillonnes, difficultés de trouver les pièces de rechange, chantiers navals plus ou moins honnêtes ou compétents sont là aussi. Les petits arrangements et les contournements facilitent les choses.

Ces années de parenthèse sont rendues possibles par une organisation et une préparation solides. Les ponts ne sont pas coupés avec la vie antérieure, mais au contraire soigneusement entretenues, le retour est prévu.

Ce récit de 6 années de vacances est à prendre comme tel : celui de bons moments vécus sans arrière pensées et de contrariétés surmontées avec philosophie mais aussi celui d’une organisation qui rend possible le voyage.


Michelr

Les derniers commentaires :

Missing
DUCASTOR2
REEDITION "LA GRANDE PARENTHESE"-TOUR DU MONDE EN FAMILLE DE 6 ANS
le livre sur notre tour du monde(épuisé depuis plusieurs mois) « LA GRANDE PARENTHESE » va être réédité et sera disponible à partir du 15 septembre avec une nouvelle couverture(en fichier joint) sur notre site WEB www.lagrandeparenthese.com
mardi 24 août 2010 11:35
Missing
tartines
je l'ai lu ce bouquin
Comme bien d'autres livre de grands voyages d'ailleurs. On pourra bien sûr ergoter sur des tournures de phrases ou de style(mais qui a dit qu'écrire était simple?) ou des passages un peu "courts" où on voudrait en savoir plus... Mais à côté de cela, j'ai trouvé ce livre formidable, car humble, authentique et raconté sans "emballage". J'y ai découvert l'aventure d'une famille qui "l'a fait", avec ses moments de joie, de stress, ses moments difficiles, mais aussi de savoureuses tranches de vie, les rencontres et sans oublier les anecdotes, parfois à mourir de rire. Autrement: une formidable aventure avec, par moments, l'impression "d'y être". A lire, vraiment, d'autant que les ouvrages de qualité dans ce créneau ne se disputent pas les places dans les rayons de livres.
mardi 17 novembre 2009 22:05
Le_bateau
mav
oui oui j'ai lu ce livre.....
pour moi ce livre est fait pour nous faire partager un vécu, c'est pas un guide de grande croisiére,c'est vrai que nous sommes assoiffés d'infos pratiques, mais il y a bcp de choses écrites et vécus, y compris sur notre site a ce sujet.Je pense que bcp d'entre nous n'ont ni le bateau ni le budget de cette famille, moi y compris,mais si notre tete et notre coeur sont en accord...un tel voyage est possible voir plus si affinités!!! Je crois que ce qui nous chagrine c'est juste le manque de....détermination?on veux se lacher mais a condition d'etre sur de.... de quoi? toute la difference entre aventure et expérience!
amicalement a tous et bravo a cette famille.

éric.
mardi 17 novembre 2009 21:27
---
je découvre
le fil, a lire cet hiver...
mardi 20 octobre 2009 11:42
---
note de l'auteur et du réalisateur
Bonjour à tous, à ceux qui ont aimé le livre et/ou le film et à ceux qui ont été quelque peu déçus.
Le film s’adresse aux amoureux de la mer, du grand voyage, de l’aventure et des rencontres humaines. Il n’a pas été réalisé uniquement pour les gens de mer. Son propos n’est nullement technique(il y a de bons films pour cela). Il invite au voyage, à l’aventure et au rêve. On y découvre l’évolution d’une famille soudée, partie en CDI aux confins de la terre.
Raconter 6 ans de voyage et + de 40 pays visités en 90 minutes n’est pas aisé et il m’ a fallu faire des choix pour raconter au mieux notre histoire et faire partager ce qui nous a marqué.
L’océan rend humble et c’est vrai que nous ne sommes pas trop du genre à nous regarder le nombril…
Le livre est forcément plus exhaustif, il est plus « marin ». Dans la partie « technique/pratique », j’apporte ce que j’ai appris sur la navigation au long cours. Par contre, je me refuse, comme d’autres l’on fait, à apporter des réponses toutes faites à des questions qui n’en ont pas. Méfiez-vous… Ces gens-là n’ont en général pas navigués au long cours.
Un exemple parmi tant d’autres : le budget. Quelle sera votre bassin de navigation ? Antilles, Méditerranée ou Asie du Sud-Est. Les prix varient de 1 à 10 !!! Rentrerez-vous souvent en France ? Etes-vous plutôt du genre riz blanc tous les jours ou entrée-plat-vin rouge-petits restos ? Ferez-vous beaucoup de marinas ou êtes-vous plutôt mouillage forain ?Dans quel état est votre bateau ? Il y a, comme à terre, 100 façons de vivre la mer et donc 100 budgets différents.
Je peux vous assurer qu’en ce qui concerne notre parcours et à condition de posséder le voilier, la vie de ces 6 ans a été très peu coûteuse. Comme je le dis dans le livre, pour nous, le rapport terre/mer était de 5 pour 1. La vie en mer était cinq fois moins coûteuse qu’à terre.
Les + gros postes étaient le retour en avion, l’assurance santé mondiale et l’assurance du bateau(puisque c’était tout ce qu’il nous restait).
Inintéressant de donner le prix du passage du canal de Panama ou de Suez. Panama c’était en 2002(550 US) et Suez en 2005(330 US). Les prix évoluent vite. La situation mondiale évolue vite.
De toute manière, vous ne pourrez tout prévoir, un jour il faut prendre une décision, partir et ne pas regarder derrière soi. Assumer…
Pour ceux qui savent lire entre les lignes, vous trouverez une mine d’informations dans ce bouquin qui raconte 6 ans de la vie d’une famille autour du monde sur un voilier.
Il comporte des informations qui peuvent conduire au rêve ou à la réalisation d’un rêve…
En tous cas, nous l’espérons.
Comme l’a mentionné une intervenante, le livre et le film se complètent, ils sont, pour les gens de mer, indissociables.
Bonne lecture et bon film.
René Van Bever
jeudi 07 février 2008 14:39
Voir tous les commentaires
Retour