Galapagos et tourisme à la voile, juin 2007

Equipage le 09/21/2007

Il y a peu de documentation pratique pour aborder en voilier l’archipel des Galapagos et son administration .
Hélas, après un passage, il est rare que l’on soit beaucoup plus avancé pour donner le moindre conseil sur un mode d’emploi éventuel, qui concilierait les buts recherchés qui sont en général les mêmes :
Voir le maximum de paysages sauvages et de faune inédite, respecter un budget étroit, déranger le moins possible les animaux et les autorités locales, éventuellement se ravitailler ou réparer .

Autant d’objectifs qui semblent moins simples qu’ailleurs dans ce territoire équatorien .


galapagos et tourisme a la voile juin 2007


1°) Le budget

Quel que soit le moyen utilisé pour se rendre aux Galapagos, c’est cher, très cher…
Si l’on oublie les liaisons aériennes et les formules organisées ( il y a 3 aéroports à Santa Cruz, Isabella et San Cristobal, ce dernier étant en travaux pour devenir malheureusement international et accueillir des gros porteurs très rapidement ), un voilier de 11 m qui débarque dans une de ces 3 îles devra débourser :
- 120 USD aux autorités du port
- 30 USD par personne pour l’immigration
- 100 USD par personne pour le parc national
Soit pour 2 adultes et 1 enfant 430 USD .

galapagos et tourisme a la voile juin 2007

Pour cette somme, le voilier est autorisé à rester 10 jours dans le port d’entrée, c’est à dire au mouillage, sans aucune commodité ( pas d’eau, pas d’électricité, pas de douches, avec possibilité d’utiliser les toilettes du port et de déposer des poubelles )
Il n’est pas autorisé à se rendre dans une autre île .
La visite des autres îles se fait donc avec des vedettes, éventuellement en logeant dans des hôtels, sans avoir le droit de laisser son bateau seul au mouillage …

Comme on peut s’en douter, l’usage varie quelque peu de la règle.


galapagos et tourisme a la voile juin 2007


Une autre possibilité : on paye non pas 100 mais 500 dollars par personne pour le parc
et là, miracle, on est autorisé à mouiller avec son propre bateau dans la quasi totalité de l’archipel (sauf zone de reproduction ou d’éruption volcanique) .

No comment .


galapagos et tourisme a la voile juin 2007


2°) Les Hors-la-loi

galapagos et tourisme a la voile juin 2007

Certains arrivent (on ne les nommera pas ) directement dans une île inhabitée avant d’aller dans un port d’entrée .
Là, ils ne font aucune formalité, tant que personne ne leur demande rien.
En général, surtout à Isabella, cela arrive assez vite, et là pas d’amende en général, surtout si vous n’avez pas d’argent, au pire, vous payez l’entrée au port, en vous dispensant du ticket du parc.
On pourrait s’indigner de ce genre de pratiques, il faut cependant savoir 2 choses :
Les voiliers qui mouillent le font dans des baies déjà fréquentées par des vedettes touristiques qui sont de notre point de vue plus agressives envers le milieu, quoiqu’autorisées par le parc.

On a pu voir par exemple, alors qu’on naviguait sous voile à faible vitesse à Santa Maria, une vedette foncer à 15 ou 20 nœuds dans un troupeau de globicéphales pour que les clients soient mieux placés pour les voir, ou d’autres transporteurs lâcher plus de cent personnes en liberté sur une plage où les tortues de mer venaient pondre .
Le deuxième point est que la billetterie du parc est à géométrie variable et que les reçus correspondent rarement au tarif réglé, sans compter les « vous n’avez pas cet argent ? Alors combien pouvez-vous payer ? » et les tour operators qui peuvent vous dispenser de ces droits si vous êtes un bon client…

galapagos et tourisme a la voile juin 2007


3°) la faune des galapagos

Difficile de juger si la réserve est bien ou mal gérée !
Pour plusieurs raisons : nous ne connaissons pas d’exemple de conservation de ce type en Europe et si l’on regarde le littoral franco-français, il serait indélicat de critiquer la méthode équatorienne.
On peut remarquer que bousculer un animal sauvage, fût-il dans votre dinghy, est un délit sévèrement puni et que la diversité de la faune reste stupéfiante .

galapagos et tourisme a la voile juin 2007


4°) Avitaillement et dépannage

On peut trouver du ravitaillement frais à San Cristobal et Santa Cruz et notamment dans cette dernière où les cultures et l’élevage sont de très bonne qualité, et même faire des provisions pour une traversée bien que cela se révèlerait quand même plus coûteux qu’à Panama ou en Equateur .
L’avitaillement en eau potable est possible mais cher, le gasoil est obtenu assez facilement à 30 cents le litre .
Plus surprenant, on peut obtenir pas mal de pièce d’accastillage ou de moteur à Puerto Ayora et on peut se faire livrer depuis l’Europe ou les Etats-Unis par Fedex sans trop de difficultés .

galapagos et tourisme a la voile juin 2007


Bref, même pour les plus fauchés , il y a encore une possibilité d’y faire une escale
magique …


galapagos et tourisme a la voile juin 2007


Gatsby le Patromal .

Les derniers commentaires :

---
La "gestion" du parc
est une catastrophe totale: on devrait retirer ce territoire des mains des équatoriens !
Dans 20 ans ou avant, il ne restera plus rien, tout ça pour que quelques cons, comme d'habitude, puissent faire du fric...
vendredi 30 novembre 2007 22:56
---
Merci Gatsby pour cet article...
...édifiant !

Il faut donc se débrouiller pour ne pas se faire (trop) arnaquer par ces tarifs prohibitifs, quitte à devenir soi-même arnaqueur...

Parmi les combines possibles :
"j'avais pas prévu de faire escale, mais un soucis moteur m'y contraint, et j'ai pas les sous pour payer vos taxes..."

Bonne continuation, et au plaisir de lire tes prochains articles.

;-)
vendredi 30 novembre 2007 11:34
Dsc02181
Basile
Un super article passé (presque) inaperçu

Puisqu'il y a déjà un sujet sur le budget d'un grand voyage, et un autre où l'on parle de Moitessier, je fais remonter celui là auquel ils me font penser.
vendredi 30 novembre 2007 10:56
Avatar
Gary
Merci !
Nous recherchions justement des infos sur les Galapagos....
A+, Sergio
samedi 29 septembre 2007 22:49
---
génial
des nouvelles fraiches.
Quel bonheur de vous savoir en terre, mais loin, maintenant tellement loin. Tu dois rire quand tu relis les "bons" conseils des autres, tu es le roi des mers rien de moins !
Est-ce que Maqroll te tient toujours compagnie.
Tu sais quoi du futur ? ;-)

au plaisir seigneur et merci pour ton article.

Vincent ex de la capucine
samedi 29 septembre 2007 19:40
Voir tous les commentaires
Retour