De Bordeaux à Bonifacio

ARGOS le 02/15/2007

Et tout commença ..il y à fort longtemps
de bordeaux a bonifacio


Maintenant le décor est posé:

A 10 ans,j'avais déjà cette image dans la tête. Je n'avais pourtant jamais vu de mer aussi bleue, à part peut étre les eaux du bassin d'Arcachon, au banc d'Arguin ou mon père nous amenait souvent..en bateau.. à moteur (:<)
C'est par une belle aprés-midi de juillet que ma famille s'est posée la question cruciale:< aimerait il les bateaux ?>
En éffet, ils étaient tous groupés autour de moi en train de jouer, assis dans un vieux canoé gonflable, sur l'herbe, donnant des ordres à un équipage virtuel luttant contre une terrible tempête.
Je dois préciser que le canoé en question se trouvait quelque peu modifié:
- Un grand mat planté dans le sol..(si si à travers le plancher gonflable )
- Une grande voile tendue ( en véritable lin taillé dans un superbe drap de ma grand mère)
- Un foc ( la taie d'oreiller de la même parure )
- Une paggaie déja bien délaminée.
Le tout trés mal gonflé, mais copieusement arrosé d'eau( authenticité oblige).

Tout est allé trés vite aprés
A 11 ans, école de voile du Cap Ferret
A 12 ans, 320 lanavère
A 14 ans 470 du même archi
A 26 ans récupération d'un vieux plan cornu et deux ans de travaux
A 35 ans un Aloa 23 et quelques navigations
A 38 ans un trés vieux Elisabethan et un an de travaux à temp plein, revendu à flot jurant de ne plus craquer pour une épave.
A 48 ans Coup de foudre pour ce vulcain, et là tout se complique

Il y a trés longtemps que je n'ai plus navigué: Saurais je faire encore un point ? mais où est passé mon sextant ? Et la législation ça en est où ?
Ma femme n'à jamais posé les pieds sur un voilier, aimerait elle?

La solution évidente, nos prochaines vacances seront.. en Corse aux Glénans en octobre.
Les deux stages en deux semaines, ensemble, ont confirmés trois choses:
de bordeaux a bonifacio
1/ rien ne s'oublie en matière de bateau. Ca reviens trés vite.
2/ Ce qui s'oublie c'est surtout les truc chiants.
3/ Ma femme à le pied marin, elle adore la voile, n'à même pas le mal de mer alors que le moniteur lui même est HS.

Ce rêve deviens réalité..dans mon esprit et dans le sien. Et c'est bon de partager un rêve.

Aujourd'hui le bateau est ramené à Port Médoc ou il hiverne.
Notre première sortie était un test de deux jours et deux nuits par un temps clément. L'accastillage, même en parfait état du style "pret à repartir", accuse ses années, et ce qui devait casser à cassé!!
Les voiles: Bordure de génois recousue en mer sur 60 cm.
Têtière d'artimont déchirée
Chute de grand voile décousue sur 30 cm

gréement courant: Emerillon de la poulie d'écoute de l'artimont est passé au travers, ainsi que l'axe de la poulie de renvoie de la drosse d'enrouleur, et l'écoute tribord du génois qui à rendu son âme.

Electronique: Laison GPS / PC hors srvice. Sondeur trés aléatoire

Divers:Porte du grand frigo dont le locquet de sécurité à lâché dans un virement de bord devant chassiron par 29 noeuds de vent. bilan: porte arrachée, ainsi que celle des toilettes.

ET POURTANT:On peut se poser une question! ont ils bien assuré les équipets avant le départ, ou auraient ils menés à fond leur bateau??
Que néni ! Rien de violent, ni même de fort!Seulement de l'usure qui à lâché.
Tout était prévisible de l'état des voiles à celui de l'accastillage. Le seul problème sèrieux aura été celui du moteur qui s'est mis à toussotter, puis caler la deuxième nuit, devant les passes d'arcachon. Filtre à GO colmaté au point que la purge ouverte ne coulait pas. Et pourtant le moteur à été révisé avant le départ (excepté ce filtre). La houle et la gite à soulevé l'eau qui stagnait au fond du réservoir, et nous avons fini notre arrivée au port avec un moteur quasi HS, sous génois, par vent de 15 N de travers.
de bordeaux a bonifacio A NOTER: Lorsqu'une tuile comme ça vous arrive, pas de panique il suffit de contacter la capitainerie du port sur le canal VHF dédié et de demander assistance. Tous les ports peuvent théoriquement répondre par l'envoie d'un zodiac pour vous guider au ponton le plus approprié pour la manoeuvre, si le bateau est trop lourd pour ètre remorqué. Dans notre cas les 11 tones de CORTO les à dissuadés de toute tentative. Un peu d'ére pour rester manoeuvrant ( 2 N mini), un joli arrondi, sauter sur le ponton les deux aussières à la main pendant que le zodiac laissait des traces de pneu le long du bordé tribord.



Deux poignées de mains plus tard, nous étions au chaud devant un expresso au bistrot du port. Ce café tant révé depuis deux jours !!
Maintenant, il reste à réparer et préparer notre tour d'Espagne, et c'est là que vous intervenez.
de bordeaux a bonifacio

Ajouter un commentaire public :

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour