Maroc Atlantique 2006 : quelques ficelles...

Equipage le 09/26/2006

Cet article est une mise à jour non exhaustive concernant les côtes marocaines de Tanger à Agadir .

Ces limites pour plusieurs raisons :

- d’abord et surtout le reste est hors de notre expérience personnelle

- la côte méditerranéenne fait l’objet d’un effort particulier en ce qui concerne le développement touristique par le gouvernement marocain avec son revers : les marinas sont au prix de l’Espagne grosso modo .

- Au sud d’Agadir, seuls Tarfaya et Arcipres peuvent fournir des abris, en bordure d’un Sahara occidental qui est depuis quelques années plus paisible politiquement (évolution à suivre)

Intérêt :

Les informations pour les plaisanciers font défaut au Maroc, l’excellent pilote côtier anglais de Graham Hutt souffrant de problèmes de mise à jour (sondes erronées dans les ports et les embouchures, infrastructures modifiées)

Le plus intéressant à notre point de vue dans une croisière au Maroc reste…l’intérieur des terres !

Il nous a donc été utile de trouver des abris sûrs et de coût modéré.

La croisière France-Maroc aller-retour aura sans doute peu d’adeptes, et même la perspective de marinas modernes et de location de voiliers offre à notre avis peu d’intérêt tant la navigation n’est pas le moyen le plus plaisant de découvrir le Maroc.

Par contre, il s’agit d’un programme d’escales qui peut tout à fait s’intégrer avec des atouts non négligeables ( meilleur coût, possibilité de laisser le bateau en sécurité, beauté des paysages intérieurs, hospitalité,…) dans une navigation vers Madeire, les Canaries, le Cap vert, ou l’Afrique de l’ouest…

Généralités

1) Pollution

Adduction d’eau : les eaux usées se déversent à peu près sans traitement, dans la mer…

Pétroliers : plusieurs ports pétroliers et des raffineries qui concourent à fournir une mer d’huile par tous les temps !

A l’intérieur des terres, amélioration lente concernant les décharges sauvages et en plein air mais la politique environnementale de Mohammed 6 (M6 pour les branchés marocains) consiste surtout en affichage et sensibilisation des jeunes.

Il est à craindre que le développement économique, s’il s’avère, n’aggrave la pollution …

2) Ports

Les ports sont commerciaux, de pêche, et pétroliers.

Tenez-le vous pour dit, le plaisancier y est le bienvenu mais, à quelques exceptions près, rien n’est prévu pour lui.

En particulier, nous n’avons rencontré aucun ponton a essence.

Casablanca et Agadir sont en train de construire de véritables marinas, mais les travaux s’éternisent…

Mohammedia est le seul port ou l’on trouve un confort auquel nos douillettes petites fesses européennes sont habituées !

3) Mouillages

Se comptent sur les doigts d’une main, en général dans une embouchure ou un port .

Lorsqu’on en trouve un, les autorités sortent de nulle part, jour et nuit en vedette sur-motorisée ou dans une lourde barque à rames…

Oualidia est renommé, au nord de Safi, avec son lagon, mais la houle rend son entrée plus que périlleuse .

Dommage…

4) Formalités

Un point noir qui, lorsqu’on est prévenu, n’est pas si pénible que çà.

Il suffit de s’entraîner devant la glace à sourire et être un peu patient.

Le minimum syndical, à l’arrivée dans un port est :

Police : passeports à tamponner, le plus souvent conservés avec les papiers du bateau (l’assurance n’intéresse personne !) jusqu’au départ, en échange de permis de circuler, valable 48h, limite extrêmement élastique puisqu’ils ne sont pas datés !

Autorités portuaires : inscription et règlement

Douanes : rien à déclarer, visite à l’appareillage pour les clandestins

Gendarmerie : prise d’infos sur un joli cahier à spirale

Bon parfois c’est groupé et en général çà va assez vite et avec bonne humeur.

Notez que le salaire moyen d’un fonctionnaire local lui permet de payer son loyer et l’électricité mais pas à manger ; sachant que nous n’avons pas eu à payer un seul bakchich en un mois, on peut ranger notre tempérament anti-paperasserie et râleur sous le coude…

Toutefois, il est conseillé de suivre la procédure, des copains qui avaient « oublié » d’attendre un tampon au départ de Tanger se sont vus rattrapés par la vedette au cap Espartel et ramenés au port (face à 25 nœuds d’air et 1 nœud de courant, dommage pour la moyenne !) pour apposer le précieux cachet .

Passeports obligatoires, sans on peut s’en sortir mais çà complique un peu la vie …

5) Santé

La tourista est une gastro-entérite due à un entérovirus mais à distinguer d’autres diarrhées infectieuses plus embêtantes dans les zones d’eau souillée.

Chez les jeunes enfants, elle peut durer une à deux semaines et, combinée à la chaleur, nécessite une bonne hydratation (avec de l’eau propre bien sûr)

Donc traiter l’eau du robinet y-compris pour laver les dents et préférer l’eau minérale

Pour les problèmes courants, on trouve facilement pharmacies, médecins et hôpitaux d’un bon niveau.

Vaccin contre l’hépatite A conseillé .

6) Météo, marée et courants

De juin à octobre, le vent est modéré de SW à NE force 3 à 4

Nous avons au mois de septembre connu uniquement du Nord 5 à 18 nœuds avec une mer calme à belle et une houle < 2m

En hiver, les vents sont similaires avec quelques fortes dépressions venant des Canaries avec coups de vents de secteur ouest :

La tactique qui fait l’unanimité chez les auteurs qui en ont l’expérience est restreinte à une attitude : rester ou gagner au large .

Les seuls abris, dans ce cas sont : Mohammedia, Casablanca, Jorf Lasfar, Safi, et Agadir.

Marées : un marnage de 3 à 4 mètres est habituel

Courant : un sympathique courant de 0.5 à 0.8 nœuds vous accompagne gratos vers le sud !

7) Plages

Assez sales dans l’ensemble

Celle d’Essaouira est superbe, mais l’eau est à 17°

Entre Rabat et Casablanca, et à Agadir, quelques plages sympas

Ne pas venir au Maroc pour çà !

8) Avitaillement

On l’a dit, le gas-oil se récupère en bidon, à un prix sensiblement le même qu’en France…

0.8 euros l’ordinaire et 1 euro le « super », tous deux de bonne qualité lorsque les stations sont récentes.

L’eau doit faire l’objet d’attentions, pour des raisons de qualité et parce qu’elle n’est pas disponible partout .
On trouve partout à manger et à boire (même de l’alcool), bien sûr d’excellents fruits et légumes, du poisson (une araignée 1 euro à Essaouira préférer celles qui ne sont pas stockées dans l’eau du port !)

Il existerait ( !) 1 shipshandler au Maroc à Casablanca près du port : nous n’avons pas vérifié cette assertion…

Pas de difficulté d’approvisionnement en gaz .

9) Savoir-vivre, argent, temps

Çà va mieux en le disant, la politesse est de rigueur, et si les coutumes sont très européanisées, il reste beaucoup d’endroits ou le rite musulman fait loi et où on n’aime pas voir une épaule de femme, par exemple…

La mendicité se raréfie, mais pas la pauvreté, c’est juste que la police touristique veille : si vous mangez à Tanger à la terrasse d’un boui-boui, vous serez surpris de voir que les os et noyaux d’olives de votre tajine seront revisités avant d’être jetés…

Le salaire moyen d’un pêcheur est de 50 à 100 euros .

Monnaie : 1 euro = 10.80 dirhams

L’heure légale, toute l’année est l’heure GMT ou TU

10) Drogues douces

L’alcool se trouve mais pas dans tous les restaurants

Le Kif est légalement vendu, cultivé, et consommé mais l’acheter( !) et l’exporter est sévèrement réprimé

Tanger

Si possible, avant d’y aller, lire Tahar Ben Djelloun, Paul Morand ou l’un des cent écrivains qui ont aimé l’endroit, comme Jean Genêt qui y est enterré,

Sinon il ne fait pas de doute qu’on peut passer à côté…

Ville sale, fliquée, pauvre, à la médina étroite et étouffante, où chaque semaine un gamin se noie ou se fait écraser par un camion en voulant émigrer de l’autre côté…

D’autres la trouveront passionnante, humaine et lourde d’histoire avec l’atmosphère du film Casablanca plus que dans la ville éponyme…

Le port : pas de difficulté d’approche de jour ni de nuit, par fort vent d’est ou d’ouest (c’est à dire souvent), éviter d’entrer à marée descendante ;

Tout au fond du port, darse sud, à droite, face au port de pêche, un seul ponton flottant, sans pendille, pouvant accueillir moins de 10 bateaux d’un tirant d’eau de plus de 2 mètres

Marnage comme partout de 3 à 4 mètres

Eau : un tuyau d’arrosage pour tout le ponton et une rallonge électrique idem

L’amarrage se fait avec des aussières (compter 50 mètres fournies ou non ) sur la jetée pour l’avant et au ponton pour l’arrière, ancre déconseillée même oringuée !

Par contre, installations flambant neuf et limite luxe de sanitaires à côté du restaurant du Yacht club

11m = 9 euros/jour

Possibilité de laisser le bateau grand ouvert pendant plusieurs jours pour visiter le nord du pays

Le port est mieux gardé qu’une prison et personne ne prendrait le risque de voler à cet endroit

On peut manger pour 2 ou 3 euros, il existe aussi des palaces…

Quelques adresses : restaurant Agadir avenue du prince héritier, pas cher propre et bon

Locations de voiture (cher) sur le boulevard Mohammed V, clubs internet un peu partout, taxis 50cts d’euro la course, monuments : pas vraiment grand chose à visiter, il faut marcher et encore marcher,

La place du petit socco, les ruelles de la médina, …

Pour quitter Tanger vers le sud, ne pas négliger l’effet de cap à Spartel (ou Espartel) à 6 milles au NW, avec un bon +2 Beaufort et un courant de 1 à 2 nœuds, favorable.

Asilah

A 30 Milles au sud de Tanger .

On mouille sur son ancre, avec orin de préférence, le fond étant peuplé d’objets divers

On n’échappe pas aux formalités d’usage mais l’escale est agréable, l’endroit est propre.

Larache

A 18 Milles au sud d’Asilah

Dans l’embouchure d’une rivière , on s’amarre à une barge flottante

Sale, très sale .

Pas d’eau pas d’électricité

L’accostage en annexe est acrobatique, un gardien surveille le bateau

Mehdia et Kenitra

A 62 Milles au sud de Larache, Mehdia est dans l’embouchure de l’oued Sebou et Kenitra à 8 Milles en amont,

L’entrée est facilitée par 2 digues qui s’avance d’1/2 Mille dans l’océan.

C’est, paraît-il une bonne base pour rayonner dans les environs, aux portes de Rabat.

A noter que la navigation dans la zone comprise entre Rabat et Mohammedia est interdite à moins de 12 milles des côtes

Mohammedia

Havre de paix et de confort en comparaison des autres

Mais havre pétrolier quand même, d’où sécurité accrue et quelques effluves par moment !

11m = 10 euros/jour avec électricité et eau à volonté, douches chaudes et wc propres, yacht club en ville avec piscine et soirées marocaines organisées, grande ville agréable avec de larges avenues et des vastes places, tout avitaillement possible ( mais toujours gasoil au bidon, gentiment amené par le personnel du port, qui en général refuse le pourboire de dédommagement !)

Excellente base pour rayonner dans le sud marocain en voiture . une adresse honnête et serviable de location (à 40 euros/jour pour une 206) : Touria car 42 Avenue des FAR

Casablanca

17 Milles au sud de Mohammedia

Marina en construction, les plaisanciers (des vedettes, pas ou peu de voiliers) sont actuellement logés à Mohammedia

C’est là qu’est basée la Marine royale

4 millions d’habitants, on a fait l’impasse…

El Jadida

Se méfier du cap de Mazagan dont le récif déborde largement vers l’est

Par forte houle, à fortiori contre la marée, la remontée des fonds rend l’entrée délicate, dans ce cas aller plutôt à Jorf el Lasfar

Jolie escale

Jorf el Lasfar

Abri sûr par tous temps, intéressant si la météo ne permet pas d’atterrir à El Jadida, en particulier par fort vent d’ouest

Safi

Port de pêche sale et odorant

Abri correct

Essaouira

Magnifique !

Des allures de Saint-Malo avec ses remparts mais une ville blanche et bleue

Port de pêche avec de quoi s’amarrer, le plus souvent à couple comme on peut, devant le restaurant « chez Sam », pas d’eau pas d’électricité, gas-oil livré en bidons.

Possibilité de mouillage derrière l’île de Mogador, bien abrité

La plage est superbe, les souks remarquables, le spectacle est en début de matinée sur le port, envahi par les mouettes au débarquement des pêcheurs

Agadir

Marina moderne en cours de finition, plage renommée

Bonne base de départ pour l’extrême sud

En resume, Le Maroc a la voile offre des possibilites relativement confortables de visiter l interieur
pour un budget raisonnable, le mouillage forain etant exclu...

maroc atlantique 2006 quelques ficelles Essaouira











maroc atlantique 2006 quelques ficelles












 maroc atlantique 2006 quelques ficelles Erg Chebbi











maroc atlantique 2006 quelques ficelles ksar dans le sud










maroc atlantique 2006 quelques ficelles












maroc atlantique 2006 quelques ficelles

Les derniers commentaires :

---
j'ai mis le raccourci
dans mes marques page ; défois que...; l'année prochaine...., en descendant.... :-)
Merci Gatsby
jeudi 19 octobre 2006 21:03
043
ile de fustel
Merci !! Gatsby !!
;-) beau boulot réaliste et net !! :-) ;-)
jeudi 19 octobre 2006 20:58
---
Bien vu, Gatsby !
Comme Grincheux, j'ai vécu 3 ans à Mohammedia (ça s'écrit avec deux "m") et je connais bien le Maroc. C'est un pays que j'ai beaucoup aimé, mais je n'ai pas tout aimé. En ce sens, Gatsby, je trouve que tu as bien vu beaucoup de choses.

Donc : très bon article, bravo et merci.
jeudi 19 octobre 2006 20:48
Missing
Grincheux
Dis moi Gatsby
tu t'attendais a quoi au Maroc?
Pour y avoir vecu qq annees, a Mohamedia precisement, pour certaines choses, tu as bien resume la chose. Par contre, pour ce qui est de l'ecologie ou de la proprete, la mon gars, tu es a cote de la plaquetout simplement parceque tu ne peut pas parler d'ecologie avec quelqu'un dont le seul reve est de pouvoir consommer comme ces gros ROUMI d'europeen. En ce qui concerne la proprete, il faut bien comprendre que, a partir du moment ou c'est propre chez eux (et c'est TRES propre) alors tout va bien. Les plages sales, pense tu vraiment qu'ils aient assez d'argent pour faire passer comme en France des tracteurs tous les matins pour enlever les qq algues que la maree a depose? enfin, en ce qui concerne l'eau, l'eau de javel ajoute a l'eau de lavage et de cuisson des legumes fait merveille. Faut un peu oublier notrre confort europeen pour vivre la bas. Pour finir, avant de lancer l'anatheme sur quelque aspect de la vie et du style de vie au Maroc (ou n'importe ou ailleurs en fait) il faudrait peut etre se souvenir du point ou nous en etions, nous, les grands et forts europeens, il y a seulement 50 ou 60 ans (voir, par exemple les photos de Doineau de cette epoque)
jeudi 19 octobre 2006 16:08
Missing
Hervé PLex35
A Essaouira,
ne pas louper un restau, isolé sur la zone technique dans l'avant-port, où on bouffe des brochettes de lotte,des langoustes ou homards etc.à tomber par terre,+ des petits vins blancs de chez nous,tout ça à des prix dérisoires...j'ai plus le nom en tête,mais z'avez intérêt à le trouver!:alavotre:
jeudi 19 octobre 2006 14:34
Voir tous les commentaires
Retour