Histoires de partir .... et de revenir (Livre des Nieutin)

Equipage le 06/19/2006

La famille Nieutin, Hervé, Marie, et leurs enfants ont réalisé un formidable voyage dans les Caraïbes à bord du Tom Neal et sont rentrés il y a un an tout juste.

Doté d'un talent narratique indéniable, ils nous ont fait le bonheur de nous raconter leur histoire dans un livre plein d'humour, d'expérience et de conseils ( www.histoiresdepartir.com ) que beaucoup d'entre vous ont déjà particulièrement apprécié.

Mais aujourd'hui, qu'en est-il ? Comment s'est passé le retour à la vie terrestre ? Comment, avec le recul, parents et enfants ont vécu cette aventure ?

Avec ces quelques lignes et superbes photos, peut être que des réponses pourront être trouvées par ceux qui se posent la question.

Sac à terre

Et comment se passe le retour ?
Il y a un an jour pour jour, nous revenions d'une croisière sabbatique pendant laquelle nous sommes partis à la découverte des Caraïbes avec nos trois jeunes enfants. Depuis, la question à laquelle nous avons eu à répondre le plus souvent est : "Et comment se passe le retour ?". Une bonne question, néanmoins, ce n'est pas après le voyage qu'il faut se la poser mais avant.
histoires de partir et de revenir






Avant de lever l'ancre, vous êtes en général confrontés à une telle multitude de tâches qu'il est difficile de penser à la fin de son voyage. Entre le bateau, l'administratif, le budget et les mille autres points à gérer, vous n'avez ni l'envie, ni le temps de penser au retour à terre. Et c'est un tort car tout le monde revient un jour. On peut espérer, tel un Molière grand voyageur, mourir en mer mais la réalité est souvent plus mesquine. Même Moitessier a terminé sa vie dans un petit appartement de Vanves. Prévoir son retour est un élément important de la préparation d'une croisière sabbatique. Nous vous proposons ici quelques éléments de réponses tirés de notre expérience ou de celle d'amis revenus d'un périple en mer d'un an ou plus.

histoires de partir et de revenir
Mousses et Écoliers


Commençons par la question plus facile : "Comment se passe le retour pour les enfants ?" Notre voyage nous a montré que la réputation de facilité d'adaptation des enfants n'est nullement surfaite. Il faut tout de suite préciser que dans notre cas, il s'agit de jeunes enfants. Quand nous sommes revenus, Vincent, Sarah et Claire avaient un âge respectif de 8, 6 et 3 ans. Pour des enfants de plus de 12 ans, les réactions sont sans doute différentes. Deux souvenirs pour illustrer la facilité des bambins à affronter les changements de vie. Le jour où nos enfants ont embarqué, ils avaient une expérience quasi nulle de la vie en bateau. De plus, ils n'avaient jamais vu le catamaran qui leur servirait de nouvel habitat pendant un an. Pourtant quelques heures après leur embarquement, ils étaient tous les trois en train de jouer au lego dans une cabine, comme s'ils avaient toujours vécu sur un voilier.

histoires de partir et de revenir
Pour le retour, la reprise de leurs habitudes terriennes a été aussi spontanée. Revenus un mercredi de mai, nous sommes allés saluer les maîtresses et les camarades d'école le jour suivant. Nos enfants, petits héros du jour, ont été très sollicités pour revenir en classe, ce qu'ils ont accepté sans hésiter. Le lendemain, à la fin de leur journée écolière, il semblait difficile de croire qu'ils n'avaient pas passé toute leur année scolaire dans leur classe de primaire ou de maternelle. Notre conclusion quant à l'adaptabilité des enfants est simple : à partir du moment où vous leur donnez à manger, un peu d'affection et la possibilité de rencontrer d'autres enfants à peu près du même âge, vous pouvez les emmener où vous voulez, ils seront heureux.

histoires de partir et de revenir






Naufrage


Pour les adultes, comme d'habitude, les choses sont plus difficiles. L'explication pourrait se limiter à un laconique "Tout se paye" ; si vous partez un jour en mer, attendez-vous au retour à une baisse de moral proportionnelle au bon temps offert par votre voyage. Le phénomène n'est pas nouveau, la majorité des marins retraités vous expliquera que poser définitivement sac à terre fut la dépression la plus creuse qu'ils ont eu à affronter. C'est un peu comme le mal de mer, tout le monde est sensible à la déprime du retour, mais plus ou moins. Tout le monde à un remède mais plus ou moins facile à trouver.

histoires de partir et de revenir
C'est ici qu'il est important de se préparer, une maladie se développera moins si vous avez le remède au moment où elle vous attaque. Bien sûr, pour combattre ces petites ou grandes crises existentielles, le remède varie énormément d'une personne à l'autre. Toutefois, une constante semble sortir de l'expérience des équipages revenus de leur vie en mer : il faut s’embarquer dans un nouveau projet, un vrai, un grand, qu i vous enflamme comme celui de votre départ. Retrouver son appartement, son emploi et la routine associée avec pour seuls loisirs le tri des photos du voyage et les emails des copains encore en mer, est en général synonyme d'un atterrissage en forme de naufrage. Au contraire, si le retour est lié à un changement de vie, l'esprit ne sera pas constamment à vagabonder dans des rêves marins.
En ce qui concerne l'équipage du TomNeal (notre bateau), on peut distinguer trois phases :

histoires de partir et de revenir
Retour à la case départ


Le retour immédiat fut assez mitigé. Voici le dernier paragraphe de notre livre. Il illustre bien notre état d'esprit pendant le mois qui a suivi la fin de notre voyage :
"Nous arrivons enfin et sommes accueillis par nos amis et parents. Nous retrouvons notre maison libérée ce matin par ses locataires temporaires. La végétation des campagnes avoisinantes est magnifiquement verte. Nous sommes heureux de redécouvrir tout cela. Nous avons aussi le sentiment d'être dans un monde surréaliste. Ce monde nous le connaissons bien, il a été le notre pendant des années. Pourtant, nous avons l'impression d'être des pièces rapportées. Nous ne cadrons pas avec le décor. Nos chaussures nous font mal aux pieds et nos pantalons, portés pour la première fois en douze mois, semblent faits d'un matériau étrange. Et puis, il faut bien l'avouer, nous avons toujours le ventre qui fait des nœuds de marin lorsque nous pensons à notre bateau, à nos amis navigateurs et à notre vie sur l'eau.

histoires de partir et de revenir
En fait, nous sommes victimes du syndrome de Tarzan à Manhattan. Nous venons d'échanger une vie où la nature est reine contre le monde civilisé. Nous avons troqué notre liberté contre l'aisance de la vie citadine. Tout cela est enivrant, mais semble cacher un redoutable piège."


histoires de partir et de revenir
Atterrissage


Dans les deux trois mois suivants, le temps est vite passé pour les Tarzans navigateurs. L'été, les retrouvailles avec nos proches, le retour à une vie matériellement plus facile, nous ont apporté un doux sentiment de bien être. Puis avec l'arrivée de l'automne, la reprise de la routine, les choses sont devenues plus dures. Pour moi, cette période a parfois été vécue comme un deuil. Le simple fait de recevoir des nouvelles d'ami en mer me plongeait dans une mélancolie plus ou moins profonde. J'étais taraudé par l'impression de ne pas être à ma place. Pour Marie, ma capitaine de femme qui a sans doute le privilège d'être plus détachée de l'univers marin, son état d'esprit a oscillé entre la satisfaction de retrouver une vie plus "sure" et le sentiment qu'à terre tout est plus limité.
Quel que soit votre fibre de navigateur, un voyage en mer créera probablement en vous une cassure par rapport à votre vie de terrien, cassure qui sera à l'origine d'une marginalisation plus ou moins volontaire. Et il ne faut pas oublier que la marginalité est un statut ingrat. Elle se traduira par un sentiment de décalage, d'ennui et fournira à la déprime un terrain propice à son développement.

histoires de partir et de revenir
Pendant cette période, notre livre a été une vraie bouée. Entre la fin de la rédaction, les corrections, puis la promotion, ce nouveau projet dans lequel nous avons eu à nous investir sans compter nous a sorti la tête de l'eau à chaque fois que nous avions tendance à nous y plonger trop profondément. Il nous a ménagé une savante transition en nous laissant un pied dans l'eau et l'autre à terre.



histoires de partir et de revenir












Nouveau départ


Et comme disent les hommes de sagesse : après l'automne et l'hiver arrivent les beaux jours. Le printemps et son pouvoir de renouveau ont un effet magique. Le deuil se fait peu à peu et la vie reprend son cours, comme avant. Selon les individus, il faudra un ou deux années pour une vraie guérison. Certains malheureux ne guérissent jamais, le sentiment de renouveau ne les empêchera pas lorsqu'ils s'approchent de la mer ou d'un bateau de ressentir un furieux e t douloureux appel du large. Pour eux, le salut passera par un nouveau projet de départ. Pas forcément en bateau d'ailleurs, on découvre vite que l'appel du large est avant tout un besoin de changer de mouillage, de découvrir de nouveaux pays, de rencontrer de nouvelles personnes. Finalement le moyen de transport importe assez peu.

histoires de partir et de revenir

Hervé et Marie Nieutin
Tomneal2003@yahoo.fr
www.histoiresdepartir.com


Les derniers commentaires :

---
partir a la retraite
Nous prévoyons de partir en bateau pour notre retraite dans 10 ans, si tout va bien.
J’ai apprécié ce livre plein d'humour et de spontanéité d'une famille qui découvre au fur et a mesure de leur voyage, les joies les plus simples, que de vivre avec la nature. Nous habitons la haute Savoie ou nous profitons pleinement de cette nature et des joies que procure de la haute montagne avec l’alpinisme, l’escalade, le ski de rando.ect...
Comme nous sommes loin de la mer nous embarquons comme équipiers sur divers bateaux et l'expérience est enrichissante
.Nous profitons pour notre expérience personnel de louer un bateau hors saison en méditerranée. Nos grands voyages sont plus orientés pour le moment par la découverte du site d'escalade dans différente partie du monde
Tant que notre physique nous le permettra. Le plaisir d’être sur un bateau en pleine mer,
ressemble un peut a celui que procure le plaisir de se retrouver en montagne avec un peu plus effort musculaire mais sa s’apprend, tout comme le technique de la voile .
Merci pour ce livre qui nous a fait partager ces moments magique, que peut procurer de nos jours, les joies que nous offre encore de la nature
vendredi 22 décembre 2006 14:03
---
Grand Pavois
Marie et Hervé Nieutin sont au Grand Pavois et je peux vous dire que discuter avec eux est un vrai plaisir :-)
André
jeudi 21 septembre 2006 13:32
---
Histoire de partir... un jour j'espère !!!
Ben moi, j'ai pas de bateau, ni les moyens de m'en acheter un même à crédit...

Donc pour le moment, je lis... d'ailleurs, j'ai adoré ce livre, il est une mine d'information. Et cerise sur le gâteau, j'ai bien rigolé. L'auteur a vraiment un style qui décape et l'alternance de sujets techniques et humains permet une lecture sympa.

Je ne pense qu'à une seule chose, lever l'ancre moi aussi !!! Alors si vous avez quelques dizaines de milliers d'euros en trop n'hésitez pas à me contacter :-)
jeudi 07 septembre 2006 00:04
Missing
yvesgilles
Classe et Moyen
Je suis ouvrier Je vie sur mon bateau de 10 m. Le choix était un appart ou mon plaisir.
Je fais environ 2000 milles par an
Quand j'ais acheter le livre à la "librairie de l'eau bleu" je ne pensai pas qu'il était fait pour des classes ayant des moyens financier ou les rêveurs qui ne savent pas ce qu'est la plaisance.
Pour un ouvrier,
L'achat du bateau = 25 ans de crédit
Je ne parle pas des travaux et de l'année sans paye.
Note technique: moyen

mardi 22 août 2006 19:49
Missing
TomNeal
une amputation sans anesthésie...
Guy m'a envoyé par mail ce petit article sur le thème du retour à terre. Il l'avait rédigé peu après avoir abandonné sa vie sur l'eau… Cela mérite d'être partagé. Ci-dessous.

Hervé

______________________________________

"Mon île, je l'ai cherchée loin et longtemps, jusqu'au jour où j'ai compris que mon île, c'est mon bateau" (G. Janichon)

Depuis les trois dernières années, où j'ai eu la chance de vivre à bord de mon bateau, d'alterner ports et mouillages, hivernages et croisières, j'ai souvent pensé à cette phrase, surtout ces derniers temps, avant d'arrêter pour des raisons indépendantes de ma volonté...

Certains vont chercher leur île à l'autre bout du monde, alors que la vie permanente en bateau est déjà un monde à part entière, qui n'est comparable à rien d'autre. S'ils peuvent y ajouter les joies procurées par un grand voyage, nul doute qu'ils y trouvent leur bonheur.

Le monde des nomades nautiques ne peut être compris que par ceux-là mêmes qui le constituent. Un monde de grandes joies et de petits plaisirs quotidiens, de découvertes, non seulement une collection de cartes postales, mais bien celui riche et varié des rencontres humaines qu'il procure. Nous sommes tous alors reliés par la même passion, et surtout nous partageons le même mode de vie ; et c'est sans doute là le principal.

Oh! bien sur tout n'est pas toujours rose, il y a le prix à payer pour cette forme de liberté : les galères diverses, les emmerdes de moteurs, les nuits quasi blanches, et même parfois les petites prières pour que "ça tienne", ou que ça ne "s'énerve pas plus»

Mais quand ça s'arrête, quand on doit reposer le sac à terre, retrouver des modes de vie qui nous étaient devenus étrangers, des soucis dont nous n'avions plus idée, l'étrange agitation du monde qui nous entoure, alors là, qu'est-ce que ça fait mal ! C'est une amputation sans anesthésie. Un vide, un état de manque... Oui, le voyage sur la mer, la vie en bateau, est une drogue, une drogue dure.

Pour ma part, je n'attends que le moment où je pourrai repartir, afin de retrouver le monde marin. Je ne sais si c'est celui du bonheur, mais bien celui qui me convient le mieux.
Je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas !!
mardi 08 août 2006 00:12
Voir tous les commentaires
Retour