Conseils aux equipiers.

JP d Argonaute III le 03/23/2006

C'est vrai il y en assez des règles des lois, des droits du capitaine, et les équipiers alors?


En supposant que le bateau est en bon état et que vous êtes préparé pour une traversée océanique, voici quelques suggestions et pensées qui pourraient entrer dans votre sac marin.

Equipement personnel:

Voir la liste d'equipement conseillée http://perso.wanadoo.fr/argonaute-expedition//equipem.htm , si vous ne l'avez déjà préparée, en sachant que sont disponibles à bord les harnais et deux feux stroboscopiques et faisceaux lasers rouges pour les équipiers de quart.

Avant de partir:

Apprenez à cuisiner pour savoir préparer au moins de bon repas "tout-en un" , de bons desserts ou d'autres surprises pour la cuisine, les meilleurs équipiers sont très souvent ceux qui savent mettre la main à la pate. Et faire de cette pate de bonnes surprises à l'équipage. Soyez en forme physiquement.

A l'arrivée sur le bateau:

En dehors de l'habituelle familiarisation avec la sécurité et avec la permission du skipper, vérifiez tout le grément fixe et le grément courant : vérifiez toutes les cadènes, les manilles, les axes, les goupilles de sécurité, les winches, les poulies, les écoutes et les prises de ris. Insister pour pratiquer la prise de ris et les changements de voiles - même au port. Vérifiez le cahier de maintenance du moteur. Révisez l'utilisation des VHF, du radar.
Prendre connaissance du diagramme de position des vannes: Apprenez leur localisation et trouvez-les. Ainsi que la position des presses-étoupes - pour la barre et les moteurs. Trouver et apprenez où se situent les trous de la coque.
Si possible Choisissez une couchette dans la partie arrière, les couchettes dans le pic avant sont très inconfortables en mer. Trouvez et examinez toutes les mains courantes et les autres fixations où vous pourrez vous aggriper spécialement autour de la cuisine et des toilettes afin de vous assurez qu'elles supportront votre poids. Apprenez à installer votre planche ou votre toile anti-roulis. Si le bateau pratique le système des couchettes chaudes, discuter avec celui qui partage votre couchette , à l'avance, de tous les soucis d'hygiène, de propreté et d'intimité qui vous concerne.

Reporter au skipper

tout ce qui ne vous semble pas correct et obtenez une solution afin d'apaiser quelque futurs doutes et déterminer à l'avance les actions pour résoudre ces problèmes.

Trucs :

Ne vous présentez pas avec exagération mais insistez sur vos compétences particulières et/ou les talents dans lesquels vous avez confiance. Les skippers ou les équipiers par trop buveurs ne sont pas clairs... un coup de rhum ou de rouge, une bière par jour sont OK, mais une quantité incapacitante à bord n'est pas acceptable. Certains skippers crient ou hurlent et utilisent parfois des termes peu flatteurs lorsqu'ils sont sous pression...Rappelez-vous qu'il est responsable de sa sécurité mais aussi de la votre.. et cela ne devrait être que trés temporaire. N'acceptez pas d'être insulté ou ne laissez pas ces sortes de remarques vous atteindre. Néammoins faites attention, demandez des instructions et re-discuter la situation et/ou cherchez une solution. Il est inutile de souligner, mais faisons-le quand même, que l'intimité sur un yacht est primordiale et la nudité sous les tropiques n'est pas rare. Cela peut-être génant pour certains. Si vous n'appriéciez pas, demandez et clarifiez l'atmosphère. En général, l'équipage s'adapte sans problème aux souhaits du plus prude. Concernant le sexe, confirmez que votre propre morale, éthique et comportement sont compatibles avec celles du skipper et les autres équipiers.

Dans tous les cas, un quelconque signe d'incompétence, de manque de préparation du bateau, d'ébriété, d'abus, de non-respect d'intimité, ou de question de sexe ou d'une incompatibilité générale doit allumer vos feux rouges et devrait vous préparez à abandonner l'aventure. Par tous les moyens, essayez d'exprimer vos soucis au skipper, mais soyez prêts à éviter la confrontation si votre "niveau de comfort" doit être compromis. En dépit des sentiments de désappointement et les regrets possibles que vous auriez initiallement à voir le bateau partir sans vous, rappelez-vous que toute préoccupation sérieuse que vous avez avant le départ et qui n'est pas résolue, reviendra de toute façon dans quelques jours, isolé en mer.

SPECIAL :

Quelques points à rappeler: pour les femmes, méfiez-vous particulièrement des listes d'équipage qui cherchent "femme célibataire", tous les marins ne sont pas obligatoirement des gentilshommes en dépit des termes allèchants et des attentes modestes quant à votre participation dans la vie du bord. Ensuite, n'ayez pas un emploi du temps rigide lorsque vous partez en mer. L'océan n'obéit pas au programme tout comme la météo, et un mouillage sublime, des réparations, de la casse peuvent avoir raison des meilleurs programmes. Vouloir arriver à une date précise normalement coïncide avec l'arrivée des emm...bêtements. La magnitude de ceux-ci étant directement proportionnelle aux exigences de l'urgence.


Comportement à bord:

Les jumelles - il y a une paire destinée aux équipiers à bord, mais si vous souhaitez une paire de bonne qualité, apportez la votre mais ne jouez pas avec celle du skipper à moins d'y être invité. Elles sont un élément essentiel de sécurité. Ne vous promenez pas à bord avec vos chaussures de ville, utilisez vos chaussures de bord. Pour les manoeuvres, soyez toujours chaussé. Un orteil cassé vous ruinera la meilleure des croisières. Vous n'aurez jamais assez de cash ou assez de crédit sur votre carte, alors ne faites pas la publicité sur votre argent, ni sur l'endroit où vous le cachez. Ayez de quoi pouvoir faire face à l'occasion du siècle.


Restez en forme…

Le bateau bouge constamment, si vous avez quelques humeurs (vomissements ou état nauséeux), esayer de rester de bonne humeur - n'oubliez pas que les autres équipiers et/ou skipper assument vos taches/quart en plus des leurs. Dés que votre appétit revient, même si l'état nauséeux persiste, c'est que vous êtes d'attaque pour faire votre part; le mal de mer passera d'autant plus rapidement que vous vous activez. Barrer est le moyen le plus efficace pour lutter contre le mal de mer.

L'ATTITUDE est PRIMORDIALE:

Chacun des équipiers arrive avec ses propres bagages, ses ambitions, ses qualités et ses rêves... Recherchez toujours le meilleur en chacun et soyez prêts à partager les plus profonds secrets et entendre les histoires les plus incroyables à l'abri du cockpit ou sous les cieux étoilés.
Surtout, et spécialement pour les néophytes, ou les marins à mémoire courte, rappelez-vous que si romantique que soit la navigation à voile, vous RENCONTREZ l'incomfort, la peur et rêverez du retour sur la terre ferme. Vous le compenserez en trouvant ou en découvrant votre force intérieure, en surmontant vos peurs et surement en tombant amoureux de la mer, ses côtes et notre monde merveilleux et fragile. Seul dans la nuit du cockpit, calé sous les étoiles en sirotant une petit chocolat fumant ou une petite soupe, vous pourrez contempler l'univers et pourquoi pas refaire le monde. Le votre, au moins!

Vous avez assiimilé tout ceci?

Bravo! Préparez-vous à l'aventure de votre vie, à forger des amitiés et des souvenirs qui vous suivront pour toujours.
Bon voyage
Beaucoup d'équipements sont disponibles à bord, mais les équipers sont libres, s'ils préfèrent dormir dans leur sacs, avoir leurs friandises personelles, dans la limite de la place disponible à bord.

Je me suis inspiré d'un texte en anglais de Richard trouvé sur iSealife.
Bonne navigation

Les derniers commentaires :

---
C'est bien ces conseils...
... mais c'est tout un bouquin qu'il faudrait écrire sur les droits et devoirs d'un équipier à bord.

Bien sûr la confiance n'empèche pas le controle, mais je verrai mal un équipier inspecter tout mon gréément car ensuite il devra être lui même irréprochable.
Par contre c'est moi qui organiserai une visite guidée du bateau sous mon oeil vigilant, car ma confiance de "skipper propriétaire" restera toujours limitée face au meilleurs des équipiers.

Et sinon, boire plus d'une bière serait-il un signe non compétance ?
jeudi 21 septembre 2006 18:10
---
Rien à redire sur le topo "Conseils", mais...
... les équipiers a pu !

Si l'on excepte les "passagers du vent" qui ne cherchent qu'à traverser l'Atlantique à l'oeil (mais pas sûr que cela soit si valable que ça : dans un bateau on y passe du temps, donc de la bouffe en caisse de bord non négligeable), on voit plutôt les pas nets du Net (on les reconnait par leur absence totale de présentation dans leurs annonces et l'absence de mention du lieu où ils habitent. C'est dire s'ils ont l'intention de vous rencontrer).

Constaté pas seulement par bibi, bien sûr, quelques capitaines en manque d'équipage ont bien dû faire avec et continuer en solo.

Généralement une bonne rencontre (prévoir l'après-midi) permet de se donner une idée des affinités réciproques. Y a pas de règles générales, un équipier qui va considérer que les chômeurs sont des incompétents et des jean-foutre va peut-être se retrouver un phase avec un propriétaire petit patron mentalité CGPME, mais sûrement pas avec moi (RMIste au long cours).

Dans les critères objectifs je demande un savoir marin en fonction de l'âge. Au risque de me prendre pour M. Spock, ça me semble logique. Un soit-disant "mousse" (pourquoi ne pas dire débutant ?) de 45-50 piges me fait doucement rigoler. Généralement je lui rétorque qu'à 59 ans je vais proposer mes services d'enfant de choeur à M. le Curé... Donc j'ai établi 2 catégories (la 3e, celle du capitaine est pourvue) moussaillons (de 15-20 ans, ignares mais disposés à apprendre), matelots (de 20-... avec un savoir marin qui me permet _réellement_ de dormir quiet en nav)
lundi 07 août 2006 20:12
Missing
(ponton)
annonce sur HEO
il y a aujourd'hui une équipière pour une transat qui passe une annonce qui pourrait preter confusion
jeudi 03 août 2006 23:34
Avatar
bleu marine
Cherche équipière-connaissances nautiques pas nécessaires!
Ce genre d'annonce devrait faire fuir celles qui ne cherchent un embarquement que pour naviguer.
L'annonce de Voiles et Voiliers à laquelle j'ai répondu il y a quelques années cherchait "équipier(ère) compétent" et les contacts téléphoniques préalables s'étaient pourtant avérés sympas; j'avais annoncé la couleur: mon âge, mon expérience de la voile et mon mari que j'aime mais qui n'aime pas le bateau. Je suis tombée sur un skipper lubrique et incompétent dans un bateau-poubelle. J'ai pris la fuite en faisant du bateau-stop dans la baie d'Agay!
Les candidats équipiers devraient toujours demander des références à leur futur skipper.
jeudi 03 août 2006 14:39
Voir tous les commentaires
Retour