mouillage marquisien

michel le 03/01/2001



j'ignore pourquoi il serait plus "marquisien" qu'un autre, en fait on l'appelle aussi "bahamiens", ni qui l'a inventé (peut être Ulysse à Ithaque..)mais c'est une astuce trés utile pour limiter l'évitement en cas de courant ou brise tournante.
Dérivé du mouillage "avant -arriere" qui permet seulement de rester dans le chenal à la renverse de marée (ou de brise), mais tient trés mal si le vent prends de travers, car le fardage du bateau fait en général riper ce bel agencement.
En mouillage marquisien ou bahamien, le mouillage est fait à l'avant et à l'arrière, puis l'arrière est ramené à l'avant: le bateau peut ainsi éviter autour de ce "pseudo corps mort" fait avec les deux ancres, avec un rayon d"évitement minimal .
L' angle idéal des deux mouillages dépend du fond, typiquement 90°.
Si le vent se met de travers, le bateau tire beaucoup moins que ci-dessus, et si ça dérape un peu, l'angle des deux mouillages se ferme vers 30° et on se retrouve avec un affourchage plus solide.
Bien sûr, aux Marquises, les deux ancres sont crochées à des patates de corail qu'on a vérifié en plongée au milieu des poissons de récifs multicolores.. Mais dans la baie de Morlaix, c'est de la vase, et ça marche aussi..

nb: je décris ce que j'ai lu de pratiquants, sans avoir beaucoup pratiqué moi même (mais je suis croyant..): vos remarques sont les bienvenues..

Les derniers commentaires :

Missing
kor
vu aux Marquises
ce que j'en ai vu à Hiva Hoa m'avait surpris : mouillage dvant léger et dvant tes costaud .
Du coup je n'ai pas passé la nuit et suis reparti pour Tahiti.
mardi 04 juillet 2006 14:39
---
Banik
voici ce que dit Jean-Baptiste :
"Notons également la technique du mouillage bahamien. La bas, dans des chenaux particulièrement étroits et pour garder toujours le bateau face au courant, nous ramenons le cordage du mouillage arrière à l'étrave. Le bateau est alors tenu par l'avant sur deux ancres placées en ligne vers chaque sortie du chenal. Il pivote autour de son nez avec un évitage réduit à la longueur du bateau. "

jeudi 11 mai 2006 21:15
---
Est-ce la vase de Morlaix...
... qui rend cette explication un peu floue...??? ;-)

Soit on veut limiter le rayon d'évitage, et les deux ances seront opposées avant arrière et le bateau fera un demi tour, avec le même problème si le vent vient par le travers (des mouillages).

Mais je ne vois pas l'intérêt des ancres à 90° avec la possiblité de déraper, auquel cas on risque d'agrandir considérablement le rayon d'évitage ???

Merci pour quelques explications.

Alain Pert...
lundi 10 mai 2004 16:09
---
Différence avec affourchage ?
Si l'angle est de l'ordre de 90°, j'appelle ça un affourchage. La difference ne viendrait alors que du mode operatoire (mouillage avant arrière plutot qu'utilisation de l'annexe) ?

Ou est-ce 90° par rapport à l'axe du bateau (180° entre les deux ancres) ?

Respectueusement,

Richard
lundi 10 mai 2004 13:39
Voir tous les commentaires
Retour