Le gazole en grande croisière

Equipage le 02/28/2001

Comment faire le plein en grande croisière ? Ca paraît trivial comme question, mais elle se justifie par le fait suivant : Djinn III n'a plus vu de pompe à gazole depuis… Port Suez, exception faite d'Aden, mais nous avons boycotté cette dernière vu la rapidité et la saleté des opérations.

Comment faire le plein ?

Donc, partez du principe qu'en grande croisière, le plein se fait à la main, c'est à dire à l'aide de jerricans que l'on va remplir à la station.
Ca suppose que l'on ait des jerricans à bord. A ce propos, quelqu'un connaît-il un type de jerricans à gazole vraiment étanche ? Ca me ferait plaisir.

Sur Djinn III, nous avons 4 jerricans de 20 litres pour remplir un réservoir de 250 litres. Ca fait donc trois aller et retours pour faire le plein, sauf si nous empruntons des jerricans à un bateau voisin.
Attention ! Il convient d'inspecter la propreté des jerricans que l'on vous prête, c'est souvent par là qu'on introduit des cochonneries dans le réservoir.

Partez aussi du principe que vous êtes au mouillage quand vous faites cette opération, donc prévoyez une annexe en conséquence. Que de plaisir ! Heureusement, si vous le souhaitez vous pourrez sûrement trouver un agent ou une bonne âme pour effectuer la corvée pour quelques sous.

Remplir le réservoir avec des jerricans sans barbouiller le pont de gazole est une gageure. La bonne combine : non pas un très grand entonnoir, comme me l'a fait justement remarquer mon cher confrère FX deV&V. Avec un petit siphon, c'est en effet plus simple, plus économique, plus propre et il n'y a pas besoin de soulever le jerrican. Quand il y en a dix, ça compte.


La qualité du gazole

Ce n'est pas toujours Bizance. Le mieux est de se renseigner auprès des autres navigateurs. Personnellement, je jette toujours un coup d'œil à la turbidité du gazole, mais ce n'est pas un œil très averti. Dans le doute, on peut filtrer le gazole avec un bas monté sur l'entonnoir.

Il paraît aussi que, parfois, il y a de l'eau dans le gazole. On peut en avoir le cœur net en prélevant un verre dudit gazole. La séparation eau-combustible est rapidement visible le cas échéant.

La quantité de gazole

Sur Djinn III, nous avons un moteur sensass, qui ne consomme que 1,6 litres à l'heure. Soit une autonomie de 150 heures ou de 750 milles environ avec les 250 litres du réservoir. On y ajoute 80 litres de réserve en jerricans, et ça nous paraît plus que suffisant.
C'est dur à dire, mais on passe trop de temps au moteur pendant un voyage en voilier. Il y a bien des situations qui incitent à l'aide mécanique : pétole, rendez-vous à une date précise, saison à respecter, batteries à plat, VMG déprimante… A Salalah, nous avons ainsi rencontré un Swan sur le pont duquel étaient alignés 40 jerricans de 20 litres de gazole ! L'équipage était en convoyage express entre la Thaïlande et la Grèce, le moteur consommait 5 litres à l'heure, bref…
Nous avons aussi rencontré un Passoa qui disposait d'une réserve d'une tonne (pas mal pour un 43 pieds) et les propriétaires ne s'en plaignaient vraiment pas. L'autonomie n'est pas seulement une question de milles assurés ou de watts, c'est aussi la possibilité de différer un plein parce que le gazole local est de mauvaise qualité, que la pompe est loin, ou que celle de la prochaine escale est moins chère.

Les derniers commentaires :

Missing
remdelag
Vu sur des pontons
pour amorcer le syphonnage avec un simple tuyau d'arrosage qui a aussi le mérite d'être de bon diametre.
Il suffit de plonger le tube dans le jérican, puis colmater l'ouverture avec les 2 mains pour la rendre étanche et souffler dedans pour augmenter la pression interne du jérican.
Reste plus qu'à laisser couler.

Pas de tube spécial à bille ou autre pompe.
Facile :)
vendredi 26 mars 2010 14:56
---
Plein bidons et siphons
BONJOUR a tous. Pour le transvasement je vois que nous sommes plusieurs à utiliser les petits syphons avec poire pour amorcer. Le mien est un intermédiaire entre celui à poire rouge sur le dessus pour le kerdane et celui sans poire avec une bille et amorçage par petite secousses (...).
La poire est au milieu du tuyau avec 2 clapets,1 de chaque coté. On visualise et cela fonctionne même quand cela bouge; il suffit d'amarrer le bidon; au balcon arrière pour moi.Pour les bidons j'ai laissé tomber depuis longtemps ceux "fait pour"(!) à cause des bouchons qui se fendent et autres surprises et j'utilise les bidons de combustible pour poele. Il en existe des transparents et d'autres en diverses couleurs cela permet même de se reperer dans les pleins et dans les combustibles si aussi essence pour le hb par exemple. je preferre les transparents ils me paraissent plus epais et surtout on peut voir l'état du fuel et les résidus qui se forment avec le temps. En plus ils ne sont vraiement pas chers puisqu'en abondance dans les poubelles l'hiver... Ils sont carrés (ou à peu près) et font 20l+ et perso j'ai fait un cadre bois dans le coffre arrière ou j'en ai 2 de coincés en permanence en, plus de mes 2 réservoirs (70 et 30l...). Cela depuis 6 ans et sans problème de fuite pourtant cet été 6h de nav par F8 avec déferlantes par le travers et le bateau a 30 degre au minimum et presque couché 2 fois. Pas le moindre suintement !
Cordialement.
Jitzo
dimanche 26 août 2007 11:51
---
transfert sans pompe
pour transferer le jerican plastique (50l) dans le reservoir:
- un bout de tuyau 1m50
- un bout de mousse epaisse recupéré

principe:
la mousse est enfilé autour du tuyau. on met le tuyau dans le jerican et on applique la mousse autour de l'ouverture afin de la colmater.
ensuite avec le jerican entre les jambes, on donne un bon coups de pression avec les deux genous sur le jerican. et voila... ca coule
jeudi 10 juillet 2003 01:59
---
pont propre
Avant d'ouvrir le bouchon du réservoir, arroser copieusement le pont d'eau de mer, ça évitera les taches et facilitera le nettoyage.
mercredi 19 février 2003 11:28
---
siphon miracle
j'ai teste le fameux siphon miracle vendu chez AD ou vu au salon nautique a paris environ 15 euro c'est génial il s'agit du modele constitué d'un tuyau souple transparant et au bout une terminaison enfermant une bille métallique.
Il faut immergé cette partie avec la bille dans le bidon on secou de bas en haut et miracle le fuel monte dans le tuyau.
meme en pleine mer avec de la houle le bidon sanglé dans les filieres il n'y a pas une goutte a coté,génial et pas cher et jamais en panne.
lundi 30 décembre 2002 00:41
Voir tous les commentaires
Retour