mono ou multicoque?

Equipage le 02/23/2001
encore un choix quasi religieux,(un peu comme quillard ou dériveur!)qui influencera définitivement votre style de vie à bord. mieux vaut le faire en connaissance de cause


un choix lourd de conséquences

mono ou multicoque les idées reçues
Comme "la bonne longueur" "quillard ou dériveur" "quel matériau", le choix monocoque ou multicoque (car trimaran et catamaran ont un peu les mêmes limites) est passionnel. Premières réflexions courantes, en vrac:

  • le cata est plus confortable au mouillage
  • le cata va plus vite
  • le cata se retourne
  • le cata ne rentre pas dans les ports
  • le cata n'est pas beau
  • le trimaran est plus sur que le cata
  • les multicoques coutent plus cher
  • ils vont partout
  • (ajoutez la votre...)
Comme tout sujet passionné et complexe, chaque opinion suscite des controveses, et ce qui suit ne vise qu'a les créer! si elles sont constructives.

Expériences persos ..
Nous avons eu successivement deux monocoques d'environ 12m et loués plusieurs fois des catamarans de bonne taille (13 à 14m). Mes arguments pourront donc vous paraitre partiaux et plutôt orientés pour le monocoque. Pour faire un vrai bilan des avantages et inconvénients, sauf les évidences, il faut beaucoup plus d'échanges, et vos expériences d'utilisateurs, et vos questions  métaphysiques ou pratiques y contribueront

Tous les choix du "bateau idéal" sont personnels, car on pondére différemment selon son programme ou ses sentiments, On supporte ou non l'ambiance plus rouleuse d'un monocoque, la notion d'esthètique est éminemment variable, le temps passé entre mouillage et port est très variable, ainsi que les zones de navigation.etc..
il y a cependant quelques points indiscutables, et d'autres plus subjectifs ou qui demandent d'aller plus loin: de quel genre de mono ou de multicoque parle-t-on?

Le prix
Si on cumule tout, achat, entretien ,port, taxes, un multicoque à qualité et volume habitable égal , coute un peu plus cher qu'un monocoque:

  • l'accastillage, le gréement sont moins diffusés donc plus difficile à trouver d'occasion
  • le port est plus cher, de même les grutages (rarement possible par les élévateurs standards)
  • la mécanique est doublée
 
Le confort
Le volume intérieur et la stabilité au mouillage peuvent ètre trompeurs: le confort "global" est la somme de pas mal d'autres éléments

  • le confort en mer: le comportement est si différent que les défauts se compensent: un cata ne gite pas certe, mais il est secoué autant sinon plus qu'un mono dans le clapot, les mouvements sont plus durs.
  • le confort à l'escale: les escaliers intérieurs, inévitables entre coques et carré, peuvent être largement aussi fatigants à la longue que les marches de descente d'un bateau classique.
  • la manoeuvre: plus difficile sur un cata, aussi bien en mer qu'au port. En équipage réduit (1 ou 2) la simple grand voile à réduire sur un cata de 13m demande du muscle!
 
la vitesse
Impossible de comparer dans l'absolu: un cata type "salon" (genre "Nautitech") tel qu'on trouve en location, marche trés bien au portant et mal au prés, alors qu'un modéle plus "racé" (genre "outremer") sera plus performant.  Quand à la vitesse au moteur, c'est un problème de CV par tonne, similaire sur toute carène pas trop mal faite.

Ne comparez pas la vitesse de votre vieux "dufour ou jeanneau truc" de 31pieds, qui fait du 5nds quand tout va bien, et les catas géants de "the race"! comparez un cata et un sloop modernes de prix similaires et bien équipés.

La sécurité
Autre comparaison difficile: la vitesse d'un bon multicoque est une sécurité dynamique, car avec une météo précise, on peut s'écarter du gros temps . Le chavirement (ou chavirage??) est rarissime sur un cata lourd: ils sont calculés en général pour démater avant de se coucher, argument douteux, car une fois dématé, vous n'ètes pas plus fier...Quand à l'enfournement , toujours possible par très gros temps, il dépend des mêmes précautions que sur un monocoque: Peter Blake lui même s'est mis en fuite avec trainards frein, sur son cata géant, pour l'éviter...

conclusion partielle(?)
Si votre programme est avant tout les iles tropicales,ou les mouillages sont vastes, les ports à payer rares: les avantages du cata sont indéniables.
Si au contraire vous cherchez un bateau universel, pour toute zone ou programme, je conseillerais le monocoque.
Et n'oubliez pas que pour le cout d'un cata de 12m, à age égal , vous pouvez sans doute vous payer un ketch de 13-14m, surtout en occasions, car le choix est beaucoup plus vaste en monocoques. (bon!, je suis pour le monocoque, on a compris, plus la peine de répéter..! maintenant à vous la parole!)



Les derniers commentaires :

Avatar
clarivoile
à part que
"le confort à l'escale: les escaliers intérieurs, inévitables entre coques et carré, peuvent être largement aussi fatigants à la longue que les marches de descente d'un bateau classique."

Sans doute, mais les descentes de monos de 14m sont souvent plus profondes, et surtout on passe moins souvent du carré aux cabines que du cockpit au carré.
vendredi 03 décembre 2010 20:32
Missing
(60nora)
le summer twins
depuis que je "plaisance" je n'ai eu que des mono deriveurs integraux ou lestés de 5.5 à 15m
la mobilité devenant restreinte j'ai eu envie d'un cata mais je ne voulais pas plus de 10m pour des raisons d'abord fiancieres et aussi de manoeuvres les gv sont souvent monstrueuses .
et puis il est venu à moi l'année derniére au mois d'aout .le summer twins 28 petit cata de voyage avec un grement a balestron aussi grand à l'interieur qu'un 12m moderne avec tout le confort meme un dessal .
parlons du grement ,pas de winch sur le pont seulement un self tailing pour hisser la gv et prendre les ris,les virements de bord se font uniquement en s'occupant de la barre avec une seule ecoute pour tout controler et il marche aussi bien qu'un mono de 12m .
le systeme à "coussin d'air" qui comprime l'air entre les coques ,il n'y a pas de trampoline,est très efficace à part au prés serré 50° du vent apparent il ne tape jamais .
l'amenagement :deux cabines avec lit de 140X210
une SDB avec douche et 2.2m de HSB ainsi qu'une cuisine digne d'un grand cuistot avec congel
et un carré pour 6/8
et surtout un petit diesel de 18cv avec une embase orientable qui remplace avantageusement le propulseur d'etrave qui se releve à la voile pour supprimer la trainée .
j'ai trouvé mon bonheur à part le prix des places de port équivalent à un 12m .
samedi 20 mars 2010 13:58
Missing
rangiroa29
multi ou mono pourquoi pas les deux?
bon effectivement les deux en même temps ça va être difficile, mais étant sur le point d'investir pour une année en mer,et remplacer mon "jouet" j'hésite encore entre un multi 38 pieds (lagoon, athena,antigua etc)ou un atoll 43alors si quelqu'un peut m'aider!.......
mardi 09 mars 2010 12:05
Missing
(Bus)
50 noeuds sur Drop 26... et 12 noeuds à sec de toile
Dernière news pour les chercheur de multi ...
He oui, un tri transportable, ça permet de passer de l'Atlantique, à la "douce" Méditerranée. Et la belle a une réputation à entretenir.
Après un petit solo de 100 m entre Port La Nouvelle et Marseille (exquis ce tri seul !!!), traversée avec femme et enfants (11-14 ans) direct sur Ajaccio, 200 m.
Départ à 16.00 dans une fin de coup de Mistral, avec du bleu partout, et le sourire, normal, c'est le début des vacances !
A 21.00, après une molle, c'est repassé à 30 n. Pegasus au portant n'a pas besoin de ris avant 35 n. On est heureux.
A 23.00, on est à 45 n établit.
De minuit à 4.00, le vent pile sur l'arrière, cap au 120°, oscille entre4 45 et 55n, des fois 60 (sûrement un pb électronique !)... Mais quand tu sens le vent qui te pousse à te faire tomber alors que tu es assis dans le cockpit, là, tu sais que c'est gros.
Et la mer d'ailleurs, et devenu très grosse, et si belle.
Va pour le 3ème ris dès la première rafale à 50n. J'affale. Au pied du mat, alors que je prépare la bosse du 3ème ris, je vois le bateau qui file encore, et je pose la question à Helena, ma femme "tu marche à combien ?" : 12 n.
OK.
Retour au cockpit "on continue comme ça" lui dis-je, avec les deux dernières lattes de la tête de GV qui dépassent du lazy bag.
Le bateau est absolument INCROYABLE de stabilité à tous moments. La crête de vague arrive, ça déferle, Pegasus se soulève immédiatement, et le rouleau passe sous le bateau. On est dans la mousse, par une nuit sans lune. C'est géant. Et ce bateau qui se joue des vagues, et ma femme qui assure, en confiance !

Non franchement, je suis scotché par le comportement marin de ce Drop 26. Samuel Boudon, le patron du chantier Naval Force 3, m'avait dit "c'est un petit bateau, il ne faut pas aller trop vite sur la vague" - je n'ai pas oublié, et tout c'est bien passé.
Le comportement de 3 coques légères dans le creux et dans la brise, c'est stupéfiant.
Il me semble que ne pas charger le bateaux, rester léger, contribue grandement à un comportement sain et donc sécurisant.
Après farniente aux Lavezzis bien mérité !
mardi 26 février 2008 00:45
Missing
gilmi52
Le catamaran en dehors des zones tropicales ???
Bonjour,
Je cherche des témoignages de personnes qui auraient naviguées au nord ou au sud en cata...
Réponses, merci
lundi 25 juin 2007 15:24
Voir tous les commentaires
Retour