La foudre en mer

Equipage le 02/21/2001

Oh la belle bleue… elle est tombée à 300 mètres du mât dis donc… Alors que nous approchions de l'équateur, et donc de l'ITCZ, zone intertropicale de convergence (ça impressionne toujours le profane), j'ai cru bon de réviser le chapitre foudre en mer. A vrai dire, je m'y étais intéressé avant, parce qu'on peut prendre le ciel sur la tête à peu près n'importe où. Je dois préciser que lors de notre voyage, les orages les plus impressionnants ont eu lieu au Nord de la Rochelle et au sud de Minorque - à la maison, quoi.


Le mât seul sur l'eau attire t-il la foudre ?

la foudre en mer Comme tout objet pointu sur une surface plane, le mât peut effectivement jouer un rôle attractif sur la foudre. Cette attraction ne se manifeste cependant que dans un cercle délimité, appelé par les professionnels " surface de capture ". La surface de capture d’un mât est un cercle dont le rayon vaut trois fois la hauteur du mât.
Par exemple, pour un mât de 10 mètres, le rayon critique est de 30 mètres. Si la foudre frappe dans ce cercle, il y a de fortes chances pour que ce soit effectivement sur le mât du bateau. Mais l’éclair peut très bien frapper l’eau à 50 mètres du bateau malgré la présence proche du mât.



Quels sont les risques de la foudre?

Il y a deux risques bien différents : danger pour les personnes si la foudre tombe sur le bateau, danger pour l'électronique si la foudre tombe tout simplement à portée d'oreille. C'est évidemment le danger le plus commun. Un éclair qui frappe, même à distance, a par induction des effets électromagnétiques dévastateurs sur l'électronique du bateau.

Comment protéger les personnes ?

Commencez par réduire les voiles en fonction du vent qui risque de souffler sous ce gros cumulonimbus fort peu sympathique. Si ça pète vraiment, autant se rentrer à l'intérieur et éviter de toucher les cadènes ou tout autre pièce métallique, ça va de soi.

Comment protéger le bateau ?

Si vous avez un bateau métallique, aucun souci. Ce sont les seuls à pouvoir se prendre un coup de foudre direct sans danger. Sur les bateaux en plastique, normalement, les gentils constructeurs ont prévus un circuit anti foudre. Il y a une norme là dessus, la norme ISO 10 134 pour être précis : le mât, les haubans et les pièces exposées doivent être reliées à la masse (la mer), la section de la tresse doit être d’au moins 8 millimètres carrés de cuivre ; cette tresse doit suivre le plus court chemin du mât à la mer, sans coude brusque. Il paraît que c'est vraiment un minimum qui sert plus de cache misère qu'autre chose. C'est pourquoi les manuels de type Glénans proposent aux futurs foudroyés de relier le mât du bateau à la masse avec la chaîne d'ancre. Il y a intérêt à bien s'assurer du contact entre le mât et la chaîne, et entre la chaîne et la mer, sinon, va y avoir de la soudure céleste à bord. C'est un coup, paraît-il, à se prendre le mât sur le râble, en effet si la connexion n'est pas bonne, l'étincelle entre le mât et la chaîne va fondre et sectionner l'espar. Mais à choisir, on aime encore mieux se prendre un mât que 100 000 ampères... Seulement... Ce genre de manip', c'est bien dans les livres, mais en pratique, permettez moi de me marrer. D'abord, il faut avoir le courage de manipuler une chaîne sous une pluie d'éclairs. Ensuite, faut être sérieusement motivé pour sortir les X mètres de chaîne, en mer, alors que celle-ci se déchaîne (puisque c'est l'orage, je vous le rappelle). Une fois tout ça fini, en général, l'orage aussi est fini.

Comment protéger l'électronique ?

En s'y prenant dès que l'orage est à 5 kilomètres du bateau. Le remède est simple : débranchez physiquement les instruments. On peut le faire rapidement en ouvrant le tableau électrique, si celui-ci est bien fait. Dans les zones côtières, on est parfois content d'avoir un GPS portable en rab' pour pouvoir continuer à suivre la nav' sans risque. Il est recommandé de déconnecter également l'alimentation en fermant les coupe batteries. Note : la plupart des électroniques grillées le sont sur des bateaux au port ou au mouillage. C'est qu'on oublie le danger lorsque l'on n'est plus à bord. Au passage, tant qu'on y est, évitez la connexion à la prise électrique du quai, durant un orage : le réseau électrique 230 volts peut véhiculer des courants de foudre terrestre d’origine plus ou moins lointaine.
Voilà voilà… on tachera de vous rapporter des photos des feux de Saint Elme (ce qui suppose qu'on garde le mât debout !)


Les derniers commentaires :

Avatar
serge
conseil......
de Science & Vie Nº 1042 (Juillet 2004), page 101, encadré:

"En bateau: pas de souci pour les voiliers modernes métalliques:pour ceux en bois, il est recommandé de fixer une chaîne de métal de haut du mât jusqu´à l´eau".

Article très complet à mon avis, mais pas axé sur la mer.

Bon vent à tous!
lundi 19 juillet 2004 00:45
Avatar
babou
CC SECURITE
Il est fortement conseillé de ne pas se mettre en contact avec des objets métaliques à l'approche d'un orage donc Ecumeur je fais comme toi pas touche et a la grace de D.
Angel il faudrait arreter les poste "la foudre non merci" nous avons peut être l'air de comiques mais..... y faudrait pas se payer nos têtes (et je reste poli) le systeme dont tu fais état est destinné à des installations terrestre.
Mais lorsque j'aurai une vague de 900 mètres c'promis je te commande ton 'brol' :-D :-D :-D
Phil
mercredi 14 juillet 2004 11:40
Balise_belge_2
ecumeur
Est-ce vraiment nécessaire???
J'ai lu que, en cas d'orage, l'air chargé d'embruns salés était largement plus susceptible de se voir traversé par la foudre que notre bateau.
Combien de bateaux sont-ils atteints par la foudre dans nos eaux?
J'ai vu celle ci tomber à moins de 50m du bateau au large des côtes hollandaises. Nous avons du redémarrer toute l'électronique du bord.
Faut-il, à l'approche d'un grain bien noir, dont on ne sait pas s'il est orageux, se lancer dans des installations de mise à la terre, technique Glénans, avec le risque de prendre la déchage pendant la mise en oeuvre? Et tout démonter jusqu'au grain suivant?
J'ai choisi le parti de poursuivre ma route, peut-être ai-je tort?
Amitiés d'un Ecumeur sceptique.
mercredi 14 juillet 2004 00:54
---
La foudre non merci
Le but de notre entreprise est de satisfaire à des besoins évidents et concrets ; la protection des personnes, des animaux, des installations techniques, industrielles et domestiques en assurant une zone de protection déterminée.
Il s 'agit d 'un nouveau système de protection direct qui évite l 'impact de la foudre ,fondé sur la nouvelle technologie CTS (charge-transfert-système).
L 'installation de protection est composée :d 'une prise de terre ,d 'un conducteur électrique et d 'un paratonnerre CTS.

LE SAVOIR FAIRE ET LA QUALITEE:

·LABOIRATOIRE : LGE laboratoire de génie électrique, Centre Universitaire de Recherche Scientifique, essais comparatifs annuels :selon la norme :NFC 17102.

·FABRICATION : Entreprise CRYOLITE.S.A. Contrôle et qualité certifiée ISO 9002.

·INSTALLATION ET ENTRETIEN : Entreprise SEMI.S.A. fondée en 1923, Certifiée AENOR ISO 9000, 9001, 9002.


·CONTROLE ET EFICACITE : Entreprise METEORAGE , La foudre sous surveillance , AF/AQ ISO 9001.

Référence des installations existantes.

·Situation géographique. Principauté d 'Andorre
·Altitude. 950 - 2200 mètres
·Niveau kéraunique. entre 2 et 4.

Hôtel Font d 'Argent, Hôtel Central, centre commercial River, Ecole Saint ERMENGOL, Relais téléphonique GSM , Les Pradines Relais STA (Service Téléphone Andorre ), tunnel d 'Envalira et Arans, Chalet d ‘habitation privé , Sobre el mon et Encamp,etc.

Nous nous tenons a votre disposition, pour toutes informations complémentaires
Veuillez agrée ,Madame Monsieur, nos salutations distinguées.

Angel Rodriguez
Directeur Gérant
mardi 13 juillet 2004 18:43
Missing
Aldorande
En cas de coup au but
Si le mat n'est pas relié à l'eau, la foudre va se créer son propre passage.
On joue avec le million de volts et quelque chose entre 200 et 800 kilo-ampères.
A vous d'imaginer les effets (thermique entre autre)
vendredi 05 mars 2004 21:08
Voir tous les commentaires
Retour