Nos escales en Méditerranée (sud Espagne)

jonque le 07/17/2003

Avec un mât tout neuf et six mois d`escale, nous repartons vers le détroit de Gibraltar. Mais avant de parler de notre première escale, parlons un peu d`Almerimar. Ce port, avec son millier de places, est un bon lieu d`hivernage (5 € par nuit pour un 12 mètres). Mais attention aux petites ou grandes arnaques de ce port, d`abord les prix sont donnés hors taxe (+ 16%), puis il faut rajouter le prix de l`eau et l`électricité (2,1€ +16% par jour) et en fin de compte on se trouve au même prix que les autres ports de la zone. De plus, sur la zone technique, il est impossible de travailler sur son propre bateau, le travail, par exemple, de peinture antifouling comprenant le nettoyage de la coque et la pose de deux couches de peinture est facturé 300€ sans la peinture.

Avec un bon vent portant, nous filons à plus de six nœuds vers le port d`Adra où nous passerons une nuit (12,62€). Dans ce port aussi, les prix sont à la tête du client, un bateau de 8 mètres a payé, une semaine avant nous 17€ mais il est possible de mouiller dans le port dans le coin nord ouest pour la nuit ou de s`amarrer au quai des chalutiers dans le nord est. Toutes les facilités se trouvent dans cette ville qui peut être un port d`hivernage très tranquille, le club nautique pratiquant de bons tarifs pour des périodes longues (4€ par nuit tout compris).

Le lendemain, sans vent comme souvent en Méditerranée, nous sommes allés à Motril qui est un port de pêche et de commerce. Il est possible de mouiller dans le port près du club nautique ou de prendre un des deux corps morts comme nous avons eu la chance en face du chantier des chalutiers. Ces corps morts appartiennent au chantier et sont gratuits à condition de les laisser libres le lundi matin pour la mise à l`eau des chalutiers qui sont au carénage. La ville est assez loin du port et les facilités près du port sont inexistantes.


Notre prochaine escale sera Caleta de Velez qui est un bon petit port avec toutes les facilités aux alentours (8,57€). Le seul petit inconvénient de ce port est son manque de place pour les bateaux de passages d`où l`étroitesse des emplacements ce qui a valu à notre jonque de pousser un peu ses voisins pour accéder au ponton.

Aujourd’hui, la mer est agitée et le vent refuse de plus en plus, pour plus de confort, nous mettons le cap sur Malaga. Ce grand port de commerce possède un minuscule port de plaisance où il n`y avait pas de place pour nous. Nous avons, donc, amarré « Au delà du délire » au quai extérieur du port de plaisance où un gardien est venu, gentiment, nous déloger une heure plus tard. La seule possibilité est de gagner le port suivant situé à dix milles mais contre le vent et surtout contre la mer qui s`est bien levée. Apres presque trois heures de combat, nous entrons dans la marina ultra moderne de Benalmadena. Ici, tout sent le fric, l`accueil est limite, bref nous resterons qu`une nuit (16,17€). Nous ne ferons aucun commentaire sur cette marina si ce n`est qu`elle est le prototype des marinas du futur où si votre bateau mesure moins de 20 mètres, vous n`êtes rien.

Puis nous mettons le cap sur Marbella qui possède deux ports mais il est souhaitable pour des raisons pécuniaires de choisir le plus à l`est (9,96€). Nous y trouvons toutes les facilites et nous avons apprécié de nous balader dans les rues piétonnes de la ville, toutes ces rues ont été refaites, très propres, pas un papier qui traîne ou une crotte de chien. C`est vrai que nous sommes hors saison mais nous avons été agréablement surpris et nous vous conseillons cette escale. Attention, les prix doublent entre juin et septembre.

Pour être plus près de Gibraltar et y entrer avec le bon vent et la marée, nous décidons de faire escale à La Duquesa. Nous arrivons dans ce port après quelques heures de navigation agréable, nous remplissons les papiers d`arrivée et le représentant nous annonce un prix délirant (23€). Cette marina pratique les prix « haute saison » a partir du mois d`avril, de colère, nous déchirons les papiers et larguons les amarres pour le port suivant. Sotogrande nous accueille une heure plus tard (12€). Toutes les commodités se trouvent dans ce port et la gentillesse du personnel est notable.

Le lendemain, après avoir viré Europa Point, nous entrons dans le port de Gibraltar et nous nous dirigeons vers Queensway Quay Marina (12,50€). En ces temps de guerre avec l`Irak, le contrôle de la police et de l`immigration se fait au ponton d`accueil après avoir envoyé le pavillon jaune (demande de libre pratique), puis nous sommes accueillis au ponton de la marina dans le plus pur style anglais. La ville est très sympa, l`alcool et les cigarettes y sont détaxés. L`escalade du rocher à pied, le téléphérique étant fermé pour cause de guerre, nous fera découvrir un magnifique point de vue sur la ville et le détroit ainsi que les célèbres singes.
Deux jours plus tard, après une traversée houleuse de quelques heures, nous atterrissons en Afrique dans l`enclave espagnole de Ceuta (10,80€). Cette marina très bien abritée au fond du port de commerce présente de nombreux avantages, ici tout est détaxé et le gasoil se retrouve a 0,48€ par litre. L’accueil est très sympathique, c’est celui de l’Espagne avec une pointe de Maroc. La, nous faisons la connaissance de Claude et Cathy de Taoumé (un OVNI 41) qui vont nous entraîner vers le Maroc. Le Maroc fera l’objet de notre prochain article, puis suivra les escales de l’Espagne de l’Atlantique.


Ajouter un commentaire public :

Pour participer aux forums, vous devez être inscrit et identifié

Vous identifier | Créer un compte matelot

Retour