Construire des canoës avec des enfants

Equipage le 10/03/2004
Construction de 23 canoës avec des enfants de 9 à 11 ans, à Penvenan, 22.
Projet étalé sur 4 périodes :
1.- lecture de plans et programmes scolaires liés au projet (1er trimestre)
2.- tracés des plans sur les panneaux de CP et les tasseaux et venue des parents pour la découpe des panneaux de CP à la scie sauteuse (une semaine en janvier)
3.- assemblage des canoës avec l'aide de quelques parents et retraités du coin bénévoles (une semaine en avril)
4.- joint congé époxy avec les parents et retraités du coin "pris" par le projet (trois jours)
5.- peinture (7 ou 8 après midi, en fonction de la météo)



construire des canoes avec des enfantsInstit en Bretagne, j'ai voulu l'année dernière mener un projet de classe qui mobilise autant l'école que les familles autour des enfants. Pour cela, j'ai cherché longtemps pour trouver quelque chose qui soit suffisamment motivant pour tout le monde (parents et enfants), suffisamment mobilisateur et surtout, qui ne puisse pas exister sans la participation des parents. Bref, je recherchais un projet qui intègre "indissociablement" les parents et l'école autour des enfants.
On a donc décidé de construire des canoës pour chaque enfant.

Nos 23 canoës ont coûté 3300 €, et ont été financés par la vente de photos scolaires et de calendriers (300 €), par un don du comité des fêtes du bourg (450 €), par un don de l'amicale des boulistes (1000 € ... et oui !!!) et par les parents d'élèves (40 € par canoë).

Le projet a été l'élément moteur des apprentissages tout au long de l'année ("bon, les enfants, si on veut terminer dans les temps nos canoës, on doit d'abord apprendre ce qu'on doit apprendre, alors ce matin, au boulot !, cet après midi, aux bateaux !")

Je passe sur l'intérêt pédagogique du projet (géométrie, écriture de comptes-rendus dans le bulletin municipal ...), il est évident.
Avec le recul, je considère que la grande réussite de ce projet a été de créer un nouveau "climat" autour de notre école en général, et de notre classe en particulier. L'école est devenue autre chose qu'une machine à évaluer, à catégoriser, à étiqueter les enfants. Les parents sont maintenant les uns chez les autres, les enfants passent d'une maison à l'autre les week-ends et vacances ...
C'est tout ça qui fait la réussite de ce projet.
Je me retrouve aujourd'hui comme quelqu'un qui a réussi pour la première fois sa mayonnaise sans être capable de dire s'il pourra la refaire. Tous les ingrédients étaient là, c'est tout.

Mais parlons construction.

Les enfants ont commencé par reproduire les plans sur les panneaux de contreplaqué. On n'était plus dans le virtuel, là, les panneaux faisant 2,50 m sur 1,22 m.

Le principe de construction est simple. Les côtés (bordés) du canoë sont en deux parties non symétriques, car le canoë est plus pointu à l'avant qu'à l'arrière (il y a un petit tableau arrière). Pareil pour le fond. Les demi-bordés et les demi-fonds sont assemblés bout à bout et maintenus par un "panneau de liaison" collé sur la face interne.

L'étrave est fixée par une pièce de pin de section triangulaire, collée PPU, et vissée. Il y a un petit tableau arrière dont la jonction avec les deux bordés se fait par tasseaux collés vissés.
Si c'était à refaire, je ne mettrais plus de tableau arrière, et je ferais un canoë symétrique, plus simple à constuire.

Le fond est assemblé aux bordés par un tasseau qui court tout le long du bordé afin d'augmenter la surface de contact de la colle. C'est ensuite vissé ou cloué, suivant le nombre de visseuses disponibles ...

Afin de rendre l'ensemble bien rigide, on a rajouté des lisses à l'intérieur et un liston à l'extérieur. Ces deux pièces permettant en plus d'accroître la surface de contact des panneaux de pont.

Avant de fixer les deux ponts, on a étalé les joints congés d'époxy partout où il y en avait besoin, à l'aide des parents et bénévoles. Ensuite on a mis une couche d'apprêt, et la peinture intérieure.

Enfin, les deux coffres avant et arrière sont remplis de polystyrène emballé dans des sacs en plastique, et fermés par une petite cloison, maintenue elle-même par des petits tasseaux.
Il ne restait plus alors qu'à apprêter et peindre l'extérieur des canoës.

Par la suite on a fixé des poignées (bout + tuyau d'arrosage) et des dossiers (bout + mousse d'isolation de tuyau de chauffage)

C'est marrant, dis comme ça, ça paraît simple. Le plus dur, ça a été de faire ça 23 fois !

Ensuite, un soir, j'ai discrètement pris un des canoës des enfants pour faire les essais. Il flottait ! Plutôt bien, même. Par hasard, deux enfants passaient par-là pour se baigner, du coup ce sont eux qui ont testé l'insubmersibilité du canoë.

Puis est venu le moment de faire une première navigation avec tous les enfants. C'était un soir, après l'école, il faisait très chaud, que du bonheur, avec tous les parents qui étaient là. Seul bémol, les moniteurs de l'école de voile n'étaient pas là, on l'a donc prudente et brève.

Ensuite, on a remis tous les canoës à l'eau le jour de la kermesse de l'école, où les enfants ont fait une ballade devant les parents à la queue leu leu. Séquence émotion.

Mais le pire, ça a été quand on a fait notre sortie toute une journée, un dimanche : 4 allers-retours pour transporter les casse-croûtes et les cubis ! Heureusement que les enfants sont restés sérieux (construction de cabane sur l'île, bain, ballade en canoës). Quant aux parents, eux, ils ont plutôt ... lié de nouvelles amitiés !
Bref, c'était TIP TOP.

La prochaine fois, je construirai des caravelles. Mais pas une par enfant ...


Les derniers commentaires :

Avatar
Ebraball
J'aimerais savoir dans quel cadre tu as pu faire ça.
Je pense que j'ai quelques gamins en difficulté en collège qui pourraient s'accrocher à un projet de ce genre, mais je ne sais comment le financer, tant au plan matériel que dotation horaire. (je refuse d'institutionnaliser le bénévolat, bien qu'on subisse une forte pression dans ce sens) Si tu as des pistes, elles sont les bienvenues !
samedi 11 octobre 2008 23:28
---
Rezkébil

Il n'y a guère besoin de plans pour faire ces pirogues Cajun (Acadiennes) pontées rebaptisées canoés.
Le schéma du site mentionné suffit.

Si on renonce à la résine époxide cancérigène pour la colle, on doit construire une structure élémentaire sur quoi coller les panneaux de cétépé.
Il faudra raboter le chant inférieur des serres de bouchains.
Sapin, cèdre se fendent plus facilement que l'acajou mais sont moins chers.

Mastic adhésif, le Sikaflex n'est pas donné non plus!
La colle PPU (polyuréthane) a ses partisans mais les cellules ouvertes de cette mousse adhésive sont perméables à l'eau.

La colle résorcine fait beaucoup de retrait, mais c'est une possibilité au prix d'un ajustage soigneux.

Ces embarcations sont d'ailleurs assez étroites pour se voir adjoindre une dérive latérale d'un seul côté au lieu de deux.
Un safran relevable en deux parties facile à construire, et on peut gréér une voile à livarde pour une promenade en eaux protégées!
samedi 16 octobre 2004 20:33
Avatar
bidule
merci
bien vu les photos , j'ai transmis a un pote interresé
samedi 16 octobre 2004 02:40
---
Photos et plans
L'idée m'était venu eil y a quelques années en voyant le site de Frank Fritz (dont parle ici Chébec). Le problème c'est que l'ami Fritz ne donne ni de vend de plans.
J'ai donc pris les plans gratuits du canoë du site bateau.com sur lequel j'ai rajouter des coffres avant et arrière pour pouvoir rendre l'engin insubmersible.
Je vais mettre quelques photos sur le dossier.
Je me demande si je ne vais pas essayer de construire avec des enfants un canoë plus petit mais sans époxy (chère et difficile à utiliser par des parents inexpérimentés).
J'essaierais bien de la remplacer par du sykaflex et des visses.
Qu'en pensez vous ?
vendredi 15 octobre 2004 07:18
Voir tous les commentaires
Retour