texte anonyme lu dans une chapelle à Baltimore

Equipage le 01/27/2004

texte anonyme trouvé dans une chapelle,à Baltimore

1692
Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.
Sans aliénation, vivez, autant que possible, en bons termes avec toutes personnes. Dites doucement et clairement votre vérité. Écoutez les autres, même les simples d'esprit et les ignorants, ils ont aussi leur histoire. Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l'esprit.
Ne vous comparez avec personne : il y a toujours plus grands et plus petits que vous. Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe. Soyez vous-même.
Surtout, n'affectez pas l'amitié. Non plus ne soyez cyniques en amour car il est, en face de tout désenchantement, aussi éternel que l'herbe. Prenez avec bonté le conseil des années en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d'esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.
Au-delà d'une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l'univers, pas moins que les arbres et les étoiles. Vous avez le droit d'être ici. Et, qu'il vous soit clair ou non, l'univers se déroule sans doute comme il le devait. Quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez, dans le désarroi bruyant de la vie, la paix de votre coeur. Avec toutes ses perfidies et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau.
Tâchez d'être heureux.
- Trouvé dans une église de Baltimore en 1692 - Auteur inconnu.


Les derniers commentaires :

---
wauo !!!!j'adore aussi..........gerard.
c'est loin d'etre con,ce texte,d'ou tiens tu cela.j'aimerais bien le savoir...........

si tu en as d'autre batelier,je suis preneur......
lundi 16 février 2004 22:32
---
est-ce que la chapelle est construite avec des "Gros Cailloux"?
un texte qui va un peu dans le même sens

"Les gros cailloux"
Un jour, un vieux professeur fut engagé pour donner une formation sur la planification de son temps à un groupe d'une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ces cours constituaient l'un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n'avait donc qu'une heure pour « passer sa matière ».
Debout, devant ce groupe d'élite (qui était prêt à noter tout ce que l'expert allait enseigner), le vieux prof les regarde un par un lentement, puis leur dit : « Nous allons réaliser une expérience. »
De dessous la table qui le séparait des élèves, le vieux prof sortit un immense pot de verre qu'il posa délicatement en face de lui.
Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux, à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un dans le grand pot.
Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers les élèves et leur demanda: « Est-ce que ce pot est plein ? » Tous répondirent : « Oui ».
Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment ? »
Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier.
Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa le pot. Les morceaux de gravier s'infiltrèrent entre les cailloux... jusqu'au fond du pot.
Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda : « Est-ce que le pot est plein ? »
Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L'un d'eux répondit: « Probablement pas ! ». « Bien », dit le vieux prof. Il se pencha de nouveau, et cette fois sortit de sous la table un récipient de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.
Encore une fois, il demanda : « Est-ce que le pot est plein ? ». Cette fois, sans hésiter et en chœur, les élèves répondirent: « Non ! ». « Bien ! » répondit le vieux prof.
Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras bord.
Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ? »
Pas fou, le plus audacieux de ses élèves, songeant au sujet de ces cours, répondit : « Cela démontre que même lorsque l'on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire. »
« Non, répondit le vieux prof. Ce n'est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous ensuite. »
Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l'évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors :
« Quels sont les gros cailloux dans votre vie : votre santé, votre famille, vos amis, réaliser vos rêves, faire ce que vous aimez, apprendre, défendre une cause, se relaxer, prendre le temps... ou autre chose ? Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses gros cailloux en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir... sa vie.
Si l'on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. Alors, n'oubliez pas de vous poser à vous-même la question: quels sont les gros cailloux dans ma vie ? Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot.
D'un geste amical, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

vendredi 13 février 2004 01:00
---
à méditer
je vais illico demander aux enfants de 10 ans de ma classe ce qu'ils en pensent.
mardi 03 février 2004 20:26
---
merci .....
merci les mecs...
vendredi 30 janvier 2004 11:40
Avatar
KpitaineK
QUEL HONNEUR...
Vous faites,mon Bon,à votre Seigueurie!Elle vous confesse combien ses yeux ont,de pleurs versés, depuis ce divin instant ou elle découvrit que vos instincts penchants puisaient leur force de vivre
dans les abysses immaculés de l'intarissable Fontaine de la Philosophie et de la Poésie.
Continuez,mon Brave,pour notre Bonheur et le votre à
nous offrir en festin ces "oubliés" chargés d'Espérance,de Paix et de Joie!
Ainsi,ce soir,Bougre, vous pouvez rejoindre votre couche et vous endormir en ayant la satisfaction de la tâche trés correctement remplie.
Et...Bonne nuit les Petits!psffff!...retire le pouce de ta bouche!
Fait d'beaux rêves l'GG!
jeudi 29 janvier 2004 00:37
Voir tous les commentaires
Retour