Confection d'une capote de roof.

domlon le 11/20/2011 Article en WikiHEO

Article issu de la compilation de fils de TB13

1: L'armature

C'est pas simple, mais on s'en sort. Nous nous limiterons à une capote double arceaux.

Intro : La tragédie grecque classique comporte 5 actes. C'est de la rigolade à côté de la fabrication d'une capote.

Pour fabriquer une capote de descente :
D'abord quelques lapalissades :
- une capote est constituée au minimum, de 2 arceaux inox (tube avant TAV - tube arrière TAR), articulés l'un sur l'autre au point ART, qui se replient l'un sur l'autre
- TAV est articulé sur le pont au moyen d'une chape au point CHAP
- les 2 arceaux sont recouverts d'une bâche qui par ailleurs rejoint le pont (c’est mieux).
- la capote s'abat sur le pont à un endroit dégagé, en général sur sa fixation avant FAV
- une capote couvre, a minima, la descente, voire un peu en arrière

Il en ressort que les points de fixation sur le pont sont situés sur le rayon d'un cercle circonscrit à notre capote (hélas c'est vrai).

Préalable matériel :
Carton ondulé simple cannelure. Il en faut 3, voire 4, fois la largeur de la capote.
6 sangles avec boucles

Acte 1 :
Repérer sur le pont ce fameux endroit dégagé ou viendra s'abattre la capote et en prendre un gabarit "à plat".
Acte 2 :
Repérer, dans l'espace, le point le plus en arrière possible, sur l'axe longitudinal de la capote. Achtung au palan de GV.
Acte 3 :
Avec un acolyte, descendre une verticale de ce point (gaffe bloquée avec des bouts, des sangles etc...) et la repérer sur le fond de cockpit par exemple. Mesurer la distance horizontale (L) entre cette verticale et le point le plus avant, ainsi que la hauteur (h) entre le point arrière possible (achtung la bôme) et le point le plus haut du plan "d'abattage" (en général le roof)
Acte 4 :
mesurer la largeur disponible (l)
Acte 5 : A la table à dessin....
Vue de profil, la capote étant en place, TAR et FAV sont situés sur le cercle de centre CHAP.
Je vous fais grâce de Pythagore. Par rapport à l'avancée max de la capote, la distance antre cette avancée et le point CHAP sera R = L-racine(R2-H2). On calcule.
Acte 6 : (c'est une tragédie "longue" , d'habitude 5 actes suffisent)
Tracer et vérifier in situ que ça passe bien (taquets, drisses, hiloires etc....)
Acte 7 :
Dans la mesure où le "toit" de notre capote est horizontal, TAV et TAR sont les cotés d 'un triangle isocèle quand on regarde la capote de profil. Sur le dessin, positionnez TAV en fonction de vos envies. Plus TAV se rapprochera de TAR (en dimensions), plus la face avant de la capote sera verticale. Soit DIST1 la distance entre TAV et TAR et DIST2 la distance entre ART et TAR
Fini pour les aspects longitudinaux.
Acte 8 :
Maintenant que nous savons où articuler notre capote dans le plan longitudinal, il faut passer au transversal.

Pas de mystère, le gabarit est incontournable.
Carton ondulé posé à plat sur le pont, bordure alignée sur les 2 points CHAP, tracer les 2 points CHAP, la ligne sur laquelle nous voulons abattre notre capote ("zone dégagée").
Découper au ciseaux
Ben voila un profil de tube qu'il est beau.. Pour être sûr de la symétrie, on peut faire en reportant une moitié par la méthode des carreaux.
Acte 9 :
J'achète à grands frais 2 chapes (articulées si le bouge est important), 4 embouts de tube et 2 colliers, tout ce gentil monde du même diamètre, du 25mm étant en général suffisant.
Acte 10 :
Je reprends mon dessin. Parceque, voyez vous, il va falloir enfiler les colliers sur les tubes. Or s'ils sont trop cintrés, ça sera impossible.
Question : Quel est le rayon de cintrage ?
A moi Pythagore (again). Calcul du rayon connaissant la flèche (h) et la corde (l)
Cherchez pas, la réponse est : R = (l2 + h2)/2h
Si R <= 1,5 les colliers ne passent pas ( ou alors, solution moche, au marteau). Dans ce cas, il faut calculer la hauteur HAUT de l'articulation ART par rapport au plan de pont, et conserver cette partie droite.

Le calcul est fait pour des pieds verticaux. Ce n'est pas le plus élégant, mais le plus simple. Toutes les formes sont possibles : verticaux, obliques, obliques avec un rentrant etc.... Avous de choisir.

HAUT = R-DIST2
Je recalcule le nouveau rayon de cintrage. La flèche est alors h-HAUT, la corde reste la même (l).
Les colliers seront positionnés au plus haut de cette partie droite et TAV sera articulé dessus, se rabattra parfaitement sur TAR, l’ensemble arrivant à plat pont à l’endroit voulu.
De toute façon, sur un peit bateau une partie droite est indispesable pour avoir de l’air sous la capote.

Moment de joie
Acte 11 :
I went chez le cintreur mon gabarit sous mon bras (bis)
J'ai même diminué TAR de la hauteur de mes chapes.
I love you ma jolie capote, I love you etc... Merci Robert.
Acte 12 :
Je prends un gabarit propre de TAR.
Je pose le gabarit que je viens de prendre sur le pont en l’appuyant à l’emplacement des chapes, et je trace au crayon gras (2B)
J’assemble mon armature
Je pose tout ceci sur le pont. Je boulonne mes chapes (attention aux vaigrages en dessous !!!). Avec mes 7 sangles, je fais tenir ma capote en place. 4 tiennent les chapes (2 vers l’avant et 2 vers l’arrière), 1 tient l’écartement entre TAV et TAR, 1 retient TAR vers l’arrière, 1 retient TAV vers l’avant.

Magie de l'instant. L'armature est en place.

2 Des gabarits propres

Le gabarit comme si vous y étiez ou « couvrez ces tubes que je ne saurais voir ».

Matériel nécessaire :
- Film PVC 20/100èmes (environ 3 fois la largeur de la capote)
- 8 ou 10 sangles à boucle
- Scotch de déménageur
- Pinces en plastique genre pinces d’atelier Carrefour/Auchan etc...
- Feutres indélébiles de plusieurs couleurs (3 mini)
- Mètre souple de 5 m
- Ciseaux
- Cutter
- Différents poids tels que plombs de plongée, sacs de sable etc...

Conditions : pas de vent, pas de pluie, pas trop de soleil......

Opérations :

Matérialiser le milieu des arceaux (feutre sur inox)

Régler l'armature avec des sangles à boucle (pour + de facilité). Il faut vérifier que son équerrage est correct. Pour vérifier, il faut prendre plusieurs mesures à différents endroits (repère = centre des arceaux). Ne pas hésiter à tendre, mais attention quand même à ne pas déformer l’armature......

Les erreurs à éviter :
Travailler au grand soleil. Le PVC se distend...
Trop tendre le PVC. Il se rétractera et la capote sera trop petite, d’où risques...
Ne pas le tendre assez. Ca va flotter
Travailler trop vite. On va oublier des taquets, des drisses etc...

1. Le dessus de la capote.

Poser un PVC de la largeur de la capote sur le dessus de l’armature de façon à ce qu’il revienne par dessous d’environ 15/20 cm et le tendre régulièrement sans forcer. Assurer la tenue par des pinces. Reprendre jusqu’à ne plus avoir de faux plis.

Remplacer les pinces par du scotch

Repérer tribord, bâbord, dessus, dessous, avant, arrière au feutre indélébile sur le PVC

Sur l’arceau TAR, tracer le tube à mi-épaisseur pour la couture du gousset AR

Reporter le milieu des tubes et tracer sur le tube avant un certain nombre (8-10) de repère que l’on numérote.

Repérer les dimensions possibles pour les goussets. AR et AV.

Matérialiser sur le gabarit

Appuyer une latte sur le pont, à l’endroit FAV où la capote sera fixée, et sur le tube TAV. Repérer au feutre l’appui sur le tube TAV. Ce point matérialise la couture de la face avant sur le toit. Tracer tout le long du PVC du toit.


2. La Face avant

Limite haute : le tube avant TAV
Limite basse : le plan de pont
Limites latérales, le tube arrière TAR.

Placer par le milieu une feuille de PVC longue comme 2 fois la largeur de la capote en appui sur le toit et grossièrement sur le pont là où la capote sera fixée (repère FAV). Faire tenir sur le pont avec un poids et sur le dessus de la future capote avec un tout petit bout de scotch.
Idem 10/15 cm plus loin et de chaque coté.

Faire toute la face avant et reprendre jusqu’à ne plus avoir de faux plis.
Remplacer les petits scotchs par une fixation solide (scotch tout du long va bien)

Par transparence, reporter le trait de feutre de la couture du toit sur la face avant. On a la couture toit/face avant qui est matérialisée à la fois sur le toit et sur l’avant..

Reporter les repères et leur numéros.

De même, reporter le milieu des arceaux sur tous les PVC

Remplacer les poids et autres scotch qui tiennent notre gabarit sur le pont par un scotch continu. Matérialiser au feutre la ligne de jonction entre le plan de pont et le bas de la face avant.

A ce stade, il faut réfléchir la fixation de la capote sur le pont. Diverses solutions sont envisageables :
- les 1/4 de tour
- Les "tenax"
- Le tube coulisseau.


Cette dernière a ma préférence, d'abord parce qu'on peut le fixer aisément par vissage, ensuite parce qu'il offre une bonne étanchéité.

Latéralement, la face avant s’arrête au niveau tube arrière TAR que nous matérialiserons d’un trait de feutre.

Tracer les vitres. Il faut conserver au moins 40mm entre les vitres (largeur des zips de 10mm) ou entre le bas de la vitre centrale et le plan de pont si on veut une vitre ouvrante. En général, leurs bords sont parallèles aux tubes ou au plan de pont. Les autres côtés sont verticaux.

Matérialiser sur les gabarits tous les renforts nécessaires.

Dessiner sur le gabarit les passages nécessaires pour wincher par exemple, pour des leviers de coinceurs, pour des passages de drisses etc...

Il ne nous reste plus qu’à déterminer les joues qui vont constituer les protections latérales. Liberté pour imaginer ce qui est nécessaire. Reporter par transparence le coup de feutre correspondant à TAR et que nous avons fait sur les précédentes pièces de notre gabarit. Bien tracer la partie inférieure qui doit être dans le prolongement exact de la face avant.

C’est fini. Il n’y a plus qu’à démonter.

A l’atelier (quel qu’il soit), découper les gabarits avec une marge de 5 cm mini

En les repliant par le milieu (que nous avons matérialisé), les traits doivent se superposer...

Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire de corriger le tracé avec une nouvelle couleur pour avoir un gabarit symétrique. Entre 2 tracés, on prendra le + grand.

On peut alors découper les gabarits sur les traits que l’on vient de faire, les reporter sur le tissus, et fabriquer...enfin...

Prendre des gabarits propres nécessite au bas mot 6 à 8 heures de travail soutenu.

3 La Couture

La transmutation du PVC ou « Comment obtenir une capote en bâche »

Nous avons obtenu, grâce à un travail acharné autant que précis, des gabarits dignes de ce nom.

Nous avons emprunté, loué, acheté, volé etc…une machine qui soit capable de piquer 2,5 à 3 mm d’épais.

1 Les fournitures

o D’abord, de la bâche acrylique enduite (on va mesurer plus tard).
o Du PVC transparent (Crystal) en 80/100èmes (idem, on mesurera ensuite)
o Du Fil, disponible chez les voiliers par exemple. Du 30/51 sera bien. Prévoyez 2 bobines
o Du PVC armé pour faire des renforts : largeur du bateau x 40 cm si possible de couleur assortie à la bâche
o Des zips de 10 pour faire des goussets et des vitres ouvrantes (au minimum 2 de 1,6m , 1 de 1m, et environ 2 m de chaîne de 10 également (de la fermeture à glissière au mètre). Si les curseurs sont en métal, il faut prévoir de les remplacer par les mêmes en nylon. Il nous en faut au mini 2 à simple tirette et 3 à double tirette. Préférer la marque YKK.
o Du tube coulisseau ou des Tenax pour fixer la capote. La longueur est à mesurer sur le bateau. Pour les Tenax, il en faut 1 tous les 10 /15 cm.
o De la ralingue en cas d’utilisation de tube coulisseau.
o De la sangle polypropylène de 25 mm : 3 fois la largeur du bateau
o De l’élastique (2m)
o 40 cm de velcro (mousse et crochet)
o 20 cm de sangle de 5mm (récup sur une vieille survie)
o 2 anneaux triangulaires
o 2 boucles de réglage (boucles à double passage)
o 2 « tétons » en alu
o Des aiguilles de 130
o Une bonne paire de ciseaux
o Une latte souple (latte bois rouge Merlin Pinpin)
o De la craie de couturier (évitez le bleu)
o Un crayon
o Un stylo à bille
o 1 cutter
o Une règle graduée de 1m en plastique
o Une agrafeuse type pince avec des agrafes.
o Une roulette de tapissier
o 2 rouleaux de scotch double face de couture à se procurer chez votre voilier préféré. Largeur 9mm. Ne pas prendre le blanc très collant car il bave lorsqu’il fait chaud.
o De l’essence « F » et du sopalin
o Une grande table (idéal : 140 x 300)

1.1 Pour mesurer la bâche nécessaire :

o Dans la salle à manger, ou sur la terrasse, ou dans tout autre endroit dégagé, matérialiser 2 ligne parallèles écartées de la largeur de votre bâche (en général 1,4m) avec par exemple du scotch
o Disposer tous les gabarits entre les traits. Ne pas oublier que nous allons fabriquer les goussets par « report » du dessus, et que nous n’avons qu’un seul gabarit de joue alors qu’il nous en faudra 2.
o C’est à ce moment que nous allons repérer l’emplacement de chaque pièce dans notre plan de découpe. Il faut faire très attention au sens du fil. Un tissus est « orienté ». Coudre cote à cote une pièce prise en long et une pièce prise dans le biais est d’un effet désastreux. On ne voit que ça…..Les pièces doivent donc être prise soit toutes dans le même sens, soit perpendiculairement les unes aux autres. Il y a de la perte c’est vrai, même beaucoup, mais c’est ainsi….
o Pour les goussets, il suffit de disposer, en surface, de la moitié du dessus.
o Une fois que tous les éléments sont en place, avec un écartement d’environ 10 cm entre eux, il est possible de mesurer la longueur de bâche nécessaire (en général entre 5 et 7 mètres).
o Une photo permettra de se souvenir des emplacements

1.2 Le cristal
Pour le cristal, en général vendu en 120 cm de large, 2m suffisent.

2 La méthode.

2.1 Toutes les pièces de bâche sont découpées préalablement.
Chaque élément est préparé indépendamment des autres
o Le dessus
o La face avant
o Les goussets (pièces qui se zippent autour des tubes)
o Les joues

2.2 L’ensemble est assemblé dans l’ordre suivant
o Le gousset AR sur le dessus
o La face avant et le gousset avant sur le dessus
o Les joues sur le tout

2.3 La découpe des pièces
On reprend la photo. Les gabarits sont reportés au crayon fin sur la bâche. La latte souple permet de rectifier le tracé et de le faire « filer ».
Un 2ème trait est ajouté à 10mm du premier vers l’extérieur (le fameux centimètre de couture). Fastidieux à faire, mais un tasseaux 10x10 facilite bien les choses.
Sur la limite basse, le centimètre de couture fait 2,5 cm
Ne pas oublier nos 2 goussets ni qu’il nous faut 2 joues…Je me répète, mais ne vous inquiétez pas, je bave aussi.
Les découpes se font à chaud si on veut du nickel, ou au ciseaux.

3 Fabrication

3.1 Le dessus.
Le dessus est indissociable des goussets. On commencera donc par ces derniers.
3.1.1 Fabrication des goussets.

3.1.1 et 3.1.2 sont communs aux goussets avant et arrière et il est nécessaire de préparer les 2.
Un gousset est une bande de tissus qui a la même forme extérieure que le dessus et une largeur constante d’environ 20 cm. Pour le tracer, la pièce « dessus » posée sur l’endroit (envers vers le haut). Une bande rectangulaire d’environ 30 cm, envers en dessous, est insérée sous le dessus à peu près parallèlement à l’axe. Sur notre futur gousset, on trace le contour extérieur en suivant le dessus, et on reporte le milieu. Retirer le gousset. Perpendiculairement au trait extérieur, tracer à 20 cm, ce qui nous donne le trait intérieur. Découper selon les 2 traits.
Faire de chaque coté un revers de 20mm et coudre ces revers (couture droite arrêtée).
Les coutures des zips sont toujours doubles
3.1.2 Montage du zip sur les goussets
Couper un zip à la bonne longueur + 2 cm. Coupure à chaud obligatoire, ou finie à chaud. Eventuellement, remplacer le curseur métallique par un curseur nylon à simple tirette. Si on a coupé (cas général), remplacer les 2 embouts par 2 petits bouts de PVC cousus sur le zip. La fermeture à glissière est prête.
Avec un double face, la coller à environ 0,5 cm du bord intérieur du gousset, et coudre sur la laize externe (la plus loin du bord). Attention à la tirette qui doit être accessible une fois le gousset monté. Elle est donc du coté « dessus » du gousset, càd du coté sans enduction.

3.1.3 Montage du gousset arrière sur le dessus
Poser le gousset sur la table, coté enduit vers le dessous de façon à ce que le milieu matérialisé soit visible. Poser le dessus, envers vers le haut en superposant les milieux. Agrafer les 2 pièces l’une avec l’autre en utilisant le « centimètre de couture ».
Coudre sur le trait qui correspond au tracé du gabarit (trait fin au crayon).
Rabattre sur le dessus dans le bon sens et coudre la fermeture à glissière sur le dessus.
Pour ouvrir, il suffit d’une bonne paire de ciseaux.

3.1.4 Montage du gousset avant sur le dessus
Idem jusqu’à l’agrafage, mais on ne coud pas.
Par contre on coud la fermeture à glissière. Il faut prévoir le tube. Pour du 25 de diamètre, il faut avancer la couture de 5MM.
Méthode : Superposer le gousset et le dessus en alignant les milieux.
Tracer le bord du gousset.
Tracer un trait parallèle à ce dernier, avancé vers la bordure du dessus de 15 mm.
Couture et ouverture

Le dessus est fini.

3.2 Les joues.
Seul point particulier, le centimètre de couture fera 2,5 cm pour la partie basse et non pas 1 cm. (Théorie de la relativité restreinte à la capote). On peut y incruster une vitre. Se reporter au chapitre « Face avant 4.1» pour la technique.

4 La face avant
C’est là que les Athéniens s’atteignirent.
Pièce posée devant soi, face enduite vers le haut.
Sur le PVC, reporter au crayon à bille le profil de la partie basse de notre capote après avoir replié le centimètre de couture qui fait 2,5 cm !!!!!. Tracer une parallèle à 5 cm et découper cette bande. La conserver.
On a, au milieu, le passage du panneau de descente. Tracer au crayon fin, 2 lignes parallèles (une de chaque coté du panneau) qui vont délimiter la fenêtre du milieu (celle qui va s’ouvrir).
4.1 Montage d’une vitre
Attention, une vitre n’est pas un rectangle. Elle s’inscrit dans un cône donc en théorie, une fois développée, rien n’est parallèle.. Pour plus de facilité, nous ferons 2 cotés parallèles, mais le haut et le bas ne seront pas des lignes droites. Ils seront tracés par report des bordures de la face avant. Donc, mesurer la plus grande hauteur nécessaire
o Dans le cristal couper un rectangle de la bonne largeur (entre les traits) et de la hauteur max. Poser la pièce sur la face avant et reporter les bords supérieurs et inférieurs. Attention. En haut, il faut être plus court de 2cm et de 9cm en bas (9cm pour pouvoir insérer une fermeture à glissière de 4 cm et le renfort PVC de 5 cm)
o Tout autour de la vitre, mettre un double face. Si par malheur ( mais ça arrive souvent) on colle du double face en plein milieu de la vitre, seule l’essence « F » permet d’enlever la colle.
o Positionner la vitre sur la face enduite de la bâche (les traits que nous avons tracés sont là pour ça) et rouler de + en + fort (doucement au début pour ne pas faire glisser le crystal sur la bâche).
o Coudre du coté crystal en se servant du pied de biche comme guide.
o Retourner le tout sur la table
o La couture est visible. Au crayon fin, tracer à 2,5 cm à l’intérieur de la vitre.
o En tenant le cutter à l’envers, commencer à ouvrir la vitre. Il ne faut couper que la bâche. Pas le crystal. Finir avec les ciseaux en « poussant »
o Replier les 2,5 cm de tissus vers le dessous de façon à obtenir un bord nickel. Refaire une couture du coté bâche toujours en se servant du pied de biche comme guide.
Notre vitre est finie. Toutes se feront avec cette même méthode.

Entre la vitre centrale et les vitres latérales, laisser un espace de 40mm.Entre les vitres latérales et le haut, 2 cm, entre les vitres latérales et le bas 5 cm (il n’y a pas de fermeture à glissière, encore qu’on pourrait le concevoir)

Il y a en général 2 vitres latérales identiques. Les couper, coller, coudre une première fois, ouvrir, retourner les bords, coudre une 2ème fois.

Les vitres sont posées.

4.2 Rendre ouvrante la vitre centrale.

C’est difficile.
4.2.1 Les zips
Il nous faut un zip démontable pour la partie basse de cette fenêtre, et 2 morceaux de chaîne pour les ouvertures verticales. Si besoin, remplacer les curseurs métal par des curseurs nylon à double tirette
4.2.1.1 Zip du bas
Longueurs du zip démontable = largeur de la vitre + 10 cm (5 cm de part et d’autre). Ajuster et refaire les embouts si c’est nécessaire.
La pose se fait avec du scotch double face, et on coud SANS ouvrir le tissu. Il faudra pouvoir ultérieurement ouvrir la vitre, la couture de la laize intérieure ne doit donc pas être sur toute la longueur. Elle doit commencer 10mm avant la vitre et s’arrêter 10 mm après. La laize extérieure sera cousue sur 30mm avant et après la vitre. Il faut se faire des repères au crayon.
4.2.1.2 Zips verticaux
Chaîne de 10. Longueur : Hauteur de la vitre + 5 cm.
Faire les embouts (PVC) après avoir emboîté le curseur. Sur la partie haute, fondre ensemble les 2 parties de la chaîne pour éviter tout déboîtement.
Fermer le zip.
Recouvrir la partie fondue avec une chute de PVC.
Coutures : en haut, démarrer le plus haut possible et finir 10mm après la vitre pour la laize intérieure, 30 pour la laize extérieure.

4.2.2 Ouvrir la vitre
Une fois que tout est cousu et ce n’est pas facile à cause des curseurs, on ouvre la bâche par l’extérieur, avec un cutter tenu à l’envers.

4.2.3 Tenir la vitre ouverte
Couper en 2 nos velcros. Coudre au bout l’un de l’autre 1 morceau de mousse et 1 morceau de crochet. Répéter pour obtenir 2 « sangles ». Chaque « sangle » sera cousue coté intérieur lorsque nous allons assembler dessus et face avant, avec en regard une boucle en sangle de 5mm.

4.2.4 Les rabats d’étanchéité
C’est une bande de tissus de 8 cm de large, à double revers qui fait la dimension extérieure de la vitre + 10 mm. Elle a la forme d’un U. Pour la réaliser, une bande unique de 18 cm de large et dont la longueur est 2 x la hauteur de la vitre + largeur de la vitre + 10 cm (aisance). Replier pour obtenir notre bande de 8 cm. Double face, couture.
On replie au niveau des coins, et on coud à 45° à peu près (l’angle s’adaptera tout seul). Couper le tissu excédentaire dans l’angle.
Par l’extérieur, coudre autour de la vitre (simple couture)

4.2.5 Le bas
Rabattre les 2,5 cm et coller au double face. Attention aux divers passages de drisses, hâle-bas etc…qui doivent être protégés par un rabat garni de PVC (usure).
Rapporter la bande de PVC et assembler au double face.
Couture haute et basse en s’arrêtant à environ 5 cm des extrémités (jonction avec les joues).

La face avant est finie.

5 Assemblage de la face avant et du toit.

Gousset avant posé face bâche vers le haut de façon à bien voir le milieu
Face avant posée face bâche vers le haut, milieu superposé
Dessus posé face bâche vers le bas , les milieux se superposant.
Agrafer sur la moitié de la vitre avant.
Positionner les sangles en velcro entre le gousset et la face avant, mousse et crochets vers le dessous.
Positionner une boucle en sangle en regard de chaque velcro, entre le dessus et la face avant.
Continuer l’agrafage.
C’est difficile car les courbures ne sont pas dans le même sens…. !!!!!
Il faut cependant y arriver. Pour une première fois, mettez vous à 2.
Lorsque c’est OK, on peut coudre l’ensemble sur le trait issu du tracé des gabarits.

6 Assembler les joues

A ce stade, c’est de la rigolade. Vous savez coudre et il n’y a aucune difficulté. Bande de PVC en bas comme pour la face avant.
Agrafage sur la pièce précédente, couture.

7 Finir le bas
Faire recouvrir convenablement les PVC et bâches et coudre.
La fixation au pont se fera ultérieurement.

Finir l’arrière.
Pour une bonne solidité, coudre une sangle polypro d’un coté à l’autre. Couture de chaque côté. Ainsi, on ne tirera pas sur le tissu, mais sur la sangle.
Rapporter les sangles de tension. Elles doivent être reprises à environ 40 cm au dessus des bords .

8 Fixation au pont

8.1 Fixation avant
8.1.1 Cas du coulisseau
Visser le coulisseau sur le pont, présenter la capote. Avec un bic, matérialiser le coulisseau sur le PVC du bas de la capote. Coudre la ralingue
8.1.2 Cas des tenax ou ¼ de tours
Percer à 3mm simultanément la capote et le pont. Sur la capote, visser la partie femelle et sur le pont la partie mâle.

Je préfère, et de loin, le coulisseau qui permet d’avoir une tension beaucoup plus homogène.

8.2 Fixation arrière

Un téton vissé dans le bordé reçoit un triangle en inox qui coulisse sur la sangle de tension, elle même réglable avec les boucles doubles.

Bien sûr, toutes les améliorations sont possibles (porte-habits, lampes, fils électriques etc…..

Les derniers commentaires :

Corto_silhouette
ARGOS
A poste
samedi 08 décembre 2012 18:31
Corto_silhouette
ARGOS
Ou même un antonoir pour récuperer l'eau en bout de bôme, ou à tendre à plat pont quand il n'y à pas de vent
samedi 08 décembre 2012 18:30
Corto_silhouette
ARGOS
ou de quoi proteger winchs et guindeau
samedi 08 décembre 2012 18:27
Corto_silhouette
ARGOS
des sacs de rangement foure tout et rien!!
samedi 08 décembre 2012 16:58
Corto_silhouette
ARGOS
Maintenant à vos aiguilles, et avec les chuttes, vous pouvez faire vos cagnards avec des sangles pour lover vos bouts sans les pendre en couille de loup autour de fillières.
samedi 08 décembre 2012 16:56
Voir tous les commentaires
Retour