les limites de l'amateur

Equipage le 11/15/2000
Les tracasseries administratives (et le lobby des « vrais » architectes ?) rendent de plus en plus difficile aujourd’hui la conception amateur :
Vous aurez donc à partager la conception entre vous et l’architecte, ou à collaborer avec lui sur le programme, les aménagements, la construction.



les limites de l'amateur

les limites de l amateurLes limites de l'architecte amateur

Les grands choix philosophiques, genre pourquoi partir? monocoque ou multicoque ?, neuf ou occasion?, budget prévisible?, dérive ou quillard? et taille du bateau sont déjà du passé (rubrique projet!), vous savez à peu prés ce que vous voulez faire.

C’est sans doute suite à certaines conception amateur bizarres, mais surtout à l’obsession de « déresponsabilisation » française: il semble que les Aff Mar demandent maintenant des calculs par un bureau d’étude « agrée » ce qui rends l’économie de conception amateur de carène et de coque illusoire. Il ne vous restera plus , sauf domiciliation plus complaisante (anglo-saxonne par exemple), que la conception partielle, à partir d’une coque nue, d’un plan agrée, d’une occasion à retaper, (voire d’une épave à « refaire » entièrement).

Le travail en collaboration avec l'architecte est le plus fructueux:
Certains architectes sont intransigeants sur leur plans, acceptant peu de modification ou de liberté à l’amateur, d’autres sont heureux de concevoir « en commun » ce qui vous donnera la satisfaction d’un bateau « unique » mais cependant sage , homologable, (et revendable un jour).

C’est quand même largement suffisant pour se faire plaisir sur :

  • le plan d’aménagements intérieurs

  • le plan de pont

  • le gréement

  • la mécanisation.


  • Ces points seront abordés dans la suite, sachant que la limite entre « architecture » et « préparation » est floue. On peut dire que la phase architecture s’arrète à tout ce qu’il faut penser avant démarrage du chantier, et qui ne peut plus guère être modifié sans grands travaux , alors que la préparation et l’équipement peuvent changer au gré des années…

    Cependant , on peut encore décider de changer de quille ou de gréement après quelques années, et de casser tous les aménagements pour changer un bateau « location » en « grand voyage », alors !



    Les derniers commentaires :

    ---
    assez nulle, cette réflection !
    j'ai connu des chantiers pas tres honnete sur la qualité de leur travail. Par contre , j'ai aussi connu des amateurs qui ont conçu des voiliers " sûr" et qui ont effectués de tres belles nav jusqu'en Antartique .
    Quand à cette histoire de 5 ans , les aboutissants ne sont pas clairs . qu'il y ai une expertise ( pas au prix de l'arnaque Véritas )pourqoi pas . Il se peux que l'on ai besoin d'argent innopinément , que faire ??
    mardi 06 novembre 2007 22:25
    ---
    ok mais!
    le titanic a ete concu par un (des) architecte naval
    et le bateau de Noe concu et construit en amateur

    Ca donne a reflechir!!!
    mardi 06 novembre 2007 17:27
    ---
    construction amateur libre d'architecte!!!


    J'ai deux exemples de proches du nautisme
    qui on construit leur voilier sans architecte
    naval!
    Le premier, y a une quarantaine d'années !
    Il avait pris une coque de Start le bateau Olympique et l'avait extrapolé à une dizaine de mètre! Construction en contreplaqué de qualité
    à la résorcine, varangues en lamellés collés
    Coque recouverte d'une espèce de toile cirée collée avec de la néoprène pour parfaire l'étanchéité, gréement 7/8. Mise à l'eau pas de pb , bien dans ses lignes. Petit temps nikel, au portant, pb, on rallonge le safran, dure, on place un aileron devant, mieux. Sorties dans la brise. Infernal ! A cause des chocs sur les plats de la coque, cloisons qui explosent, coutures qui commencent à s'ouvrir! Renforcements, poids, diminution du gréement, évidement les ailes rognées le bateau était plus viable mais adieux au perfs du début !

    L'autre construction dans les années 85 environ
    porte sur un catamaran et maran il l'était vraiment, un peu le type Anglais trés confortable
    une construction magnifique très professionnelle des qualités de gel-coat remarquables, des aménagements clean, un gréement très sage
    mais bon chacun navigue à son rythme!
    Grutage, mise à l'eau on soulage les élingues
    et la cata plonge du nez comme un canard qui chercherait des vers dans la vase !
    Il s'arrête à 50cm du pont avant, bien sur les imbéciles ( vous savez ceux qui ont éternellement les mains dans les poches !)sont là et s'esclaffent . Le gars ma donné ,alors la plus belle leçon de dignité et d’optimisme (pas d’architecture navale !)
    N’importe qui après ses milliers d’heures à l’eau ! se serait démonté
    Lui non ! Il a fait remonter le cata après avoir noté le volume immergé , tranquillement avec beaucoup de sérénité , les semaines suivantes il a installé deux magnifiques bulbes sous les étraves !!!
    De temps en temps, je l’ai aperçue naviguant benoîtement en Méditerranée .
    Bonnes navigations l'artiste!!

    lundi 11 octobre 2004 16:13
    ---
    Oui
    Car les bureaux d'approbation privés...et payants (Véritas notamment) en sont désormais chargés. Au moins les catégories C (côtière) et D (eaux protégées) en seront-elles bientôt exemptées, en cas de confirmation de ces dispositions annoncées.

    Sauf erreur...
    lundi 11 octobre 2004 14:14
    ---
    Kiwi
    Les constructions exclues de la législation européenne CE tombent encore sous le coup de la loi française qui imposent au constructeur amateur (sauf pour les canots de petite taille définie par une formule de jauge officielle) les formalités suivantes.

    &gtLe procès verbal d'approbation est délivré par les Affaires Maritimes (centre de sécurité des navires).
    Sa délivrance est subordonnée à l'étude des plans et documents du navire par le centre de sécurité des navires, à une visite en cours de construction et à une visite à la finition.
    Si vous construisez votre navire selon vos propres plans, un jeu doit être fourni au centre de sécurité des navires. Votre plaque signalétique mentionnera notamment " Plans et construction amateur ".
    Si vous construisez votre navire d'après des plans d'architectes, ces plans doivent être préalablement approuvés par la Commission Nationale de Sécurité de la Navigation de Plaisance et porter la mention PAC, suivie du numéro d'approbation des plans. Votre plaque signalétique mentionnera notamment " Construction Amateur " ainsi que le nom de l'architecte.
    Les visites ne porteront pas sur le matériel d'armement et de sécurité mobile ou portable, contrôlé, comme pour les navires de série, de manière inopinée, mais sur la conformité de la construction au règlement annexé à l'arrêté du 23 novembre 1987 (division 224) et aux règles de l'art.&lt

    Cela dit, une directive récente, en attendant son incorporation dans la législation nationale, a annoncé que ces formalités seraient remplacées par une déclaration sur l'honneur pour les voiliers d'amateur destinés à ne pas naviguer au-delà d'un rayon de 20 milles autour d'un mouillage sûr.
    C'est du moins à peu près ce que j'ai compris...
    lundi 11 octobre 2004 12:40
    Voir tous les commentaires
    Retour