Jamais sans capote !

Equipage le 11/06/2001

Non, ce n’est pas un reportage sur les précautions à prendre dans les bars a matelot de St Domingue ! mais une étude sérieuse sur cet accessoire quasi indispensable, la capote de roof !

jamais sans capote Pourquoi une capote ?

Tous ceux qui ont un peu navigué ne posent plus la question : si le bateau ne possède pas une timonerie abritée, les heures de quart sous les intempéries ou le soleil qui cogne sont assez dures sans un abris. Et quand on doit sortir sous la pluie ou les embruns, une descente abritée évite de tout tremper..

Au contraire avec une capote bien conçue, on  peut rester des heures tranquillement assis à l’abris du vent , à regarder le mouillage, à lire ou à veiller aux cargos…

Comme je refais la nôtre, j’ai fais d’abord un petit tour de port pour voir les idées, et voilà le résumé de ces cogitations.
Ce que ça coute ?

Très variable, si on achète, si on fait à moitié , si on fait tout !et tout dépends des accessoires
Pour donner une idée, une bonne capote du commerce sur un 12m c’est 12Kf!
Là dedans c’est un tiers de matières (barres, toiles, film, articulations , etc), un tiers de main d’oeuvre  un tiers de commercial, et encore un tiers de tva ! Il y un tiers de trop au moins non ?

J’ai donc personnellement décidé de refaire la mienne en réutilisant les barres à peine modifiées , un lot de très bonne toile et de film « pas cher » , et avec une couturière « pro », car la couture est vraiment difficile. Coût total : environ 3500f
Quelques trucs

Si le bateau est sûr vis a vis de la descente, la capote n’est pas un accastillage de sécurité , mais de confort : les échantillonnages sont donc beaucoup plus légers qu’une timonerie ou un « deck-saloon » : hublots souples, maintien par sangles , etc
En cas de déferlante, elle sera sans doute arrachée, mais le bateau n’est pas en danger. Il faut quand même qu’elle résiste « en principe » à tous les temps « normaux », surtout les points d’appuis au pont , les mains courantes éventuelles.

Pour une longue vie, une capote amovible doit être désarmée en hiver : les transparents viellissent vite, de même les parties d’angles qui raguent quand le vent souffle fort. Bien sûr si on vit à bord, pas le choix ! c’est en hiver qu’on en a le plus besoin.
jamais sans capote La capote en dur.

Elle peut ètre en alu , en cp ou en polyester, avec des vitrages en plexi de 8 à 10mm. Là on se rapproche beaucoup de la timonerie abritée, (il ne reste plus qu’à fermer l’arrière !).C’est un besoin pour les quarantièmes, pas une nécessité pour la plupart d’entre nous. Car c’est quand même assez laid ! Et ne donne pas forcément une plus à la revente si elle est bricolée trop « amateur »

Photo ci-dessus: Un exemple pas mal fait
La classique.

Sur deux ou trois arceaux en inox de 22 ou 25mm, une toile solide, avec des films transparents bien placés.
Il est très utile de prévoir une zone de prise des mains sur la barre supérieure : soit en évidant la toile (simple) soit en ajoutant une barre décalée (plus cher)
La toile sera de préférence tendue au pont par une barre basse, ce qui limite les efforts sur les attaches « tourniquet » et permet de la tendre « dur ».

Prévoir bien sûr une bavette libre au passage des drisses de mat. Là, pour éviter les entrées d’eau, pas de solution miracle sauf le double pont comme sur de nombreux plans modernes .

Comme au soleil c’est une serre, une partie ouvrante à l’avant ou sur les cotés permet de créer le courant d’air. En général c’est un volet de toile tenu par des fermetures à glissière, qui se roule selon le besoin..
jamais sans capote La capote « idéale »

Une des meilleures vues autour du port , c’est celle d’un Bavaria (photo)
La partie basse est presque entièrement transparente,  très tendue grâce a la barre basse. On croirait un pare brise « en dur ».

Elle est munie d'une main courante sur la barre haute.

Le repli partiel est possible en laissant le « pare brise », grâce à des appuis poussant qui tendent indépendamment la première barre. Ce qui évite de tout replier, car le film transparent n’aime pas du tout les plis !
Il ne manque peut-être que des parties ouvrantes latérales..

Bref c’est le modèle appliqué pour la nôtre, mais on verra si le résultat est aussi impeccable !



Les derniers commentaires :

O
quebec

merci pour le lien => ajouté dans le LISTE de LIENS Utiles (pour la prochaine mise à jour)

A+ JM

lundi 05 mai 2014 13:43
Missing
PauloSurArbutus

Je pense que cet article est le bon endroit pour partager mon expérience concernant la confection d'une capote sur un voilier de onze mètre à cockpit central. C'était vraiment un casse-tête, et un travail de précision pour la caser !
Ici, un lien avec des photos et quelques infos utiles qui j'espère vous inspireront :
http://www.ecogium.fr/arbutus/fr/the-boat/modifications/the-dodger/

lundi 05 mai 2014 12:59
Imgp4828
Titi Tregunc
Super, la classe, pense faire quelque chose comme ca pour Etap28i.
mardi 13 mars 2012 23:38
Missing
1
dconversat
On réinvente le Fifty
OUI, au fond, vous réinventez le Fifty.

C'est le genre de bateau que j'ai choisi, après avoir bien navigué sur des flush deck, et m'être bien fait rincer la tronche

Et avec sa cabine, ce fifty, je l'ai ramené d'Ecosse en plein hiver, par la Mer d'Irlande ; et toutcç sans avoir besoin d'enfiler une veste de quart !

Alors, oui, je vote par le confort, car aimer la mer n'a jamais signifié aimer se faire rincer ;

Les flush deck, c'est bon pour que les cocottes se fassent bronzer sur le pont, de préférence en Méditerranée...
vendredi 02 avril 2010 18:52
Logo_r_duit
Jean-Claude MICHAUD
Y a un schéma
Voir le site suivant :
http://tanyusboats.bateaubois.com/
Outre des plans gratuits de petits bateaux il y a un schéma simple pour la réalisation d'un bimini.
mercredi 09 juin 2004 15:30
Voir tous les commentaires
Retour