Erik LEROUGE, 50 ans de voile

erik le 12/01/2010
L'architecte naval, Eric Lerouge nous parle de sa passion, son travail, ses bateaux et nous ouvre son album photo...

Né à Cherbourg de l'autre côté de la rue des C.M.N., ma famille a toujours fait et possédé des bateaux. J'étais donc sur l’eau dès, et même avant, ma naissance !
Le gros déclic a cependant été pour moi lorsque mon père à commencé la construction d'une Bonite sur plan Sergent. J'ai toujours la revue BATEAUX n°5 où ce modèle était présenté ! Ma vocation d'Architecte Naval date de cette époque quand j'ai pu fréquenter mes idoles Sergent et Illingworth.

erik lerouge 50 ans de voileC'est ainsi que j'ai commencé la voile en 1960. A cette époque, la Bonite était avec ses 7,30m un des plus gros bateaux du port ! La première saison, on n'avait pas de moteur, ni de winch. Les seuls équipements de navigation étaient compas, corne de brume et ma brassière ! Le seul équipement de confort un seau à tout faire et un réchaud à un feu. Cela ne nous empêchait pas de naviguer dans les Anglos avec un bonheur fou et l'armement s'est complété au fil des années.
C'est ainsi que j'ai connu le dernier salon nautique sur les berges de la Seine et le premier au CNIT. Quelle émotion, je me souviens encore de l'entrée sur le parvis avec toutes ces merveilles d'exposées !
C'était aussi l'époque où voyager à la voile était encore une exception. Je me souviens tout gamin de Marcel Bardiaux construisant Inox ou d'Eric Tabarly remontant le chenal de Cherbourg avec Pen-Duick.

L'Optimist n'existait pas encore à cette époque. J'ai donc du attendre 14 ans pour connaître le dériveur à l'école de voile. Je savais déjà naviguer mais je découvris les joies du planning, de la régate et ne tardais pas à devenir moniteur à l'école de voile.

erik lerouge 50 ans de voileA 17 ans, tout mon argent de poche passât dans l'achat de mon premier bateau, une Yole OK. L'année du bac ne m'empêchait pas d'être sur l'eau tous les jours de libre ! Je traînais sur le port pour trouver un embarquement sur n'importe quoi du moment qu'il y ait une voile, pour aller n'importe où, par n'importe quel temps !
C'est alors qu'un copain de club me fit essayer son Tornado. Je ne m'en suis pas vraiment remis ! La Yole fut rapidement troquée pour un de ces merveilleux catamarans.

L'Architecture Navale me titillait toujours. La Bonite familiale commençait à sembler petite. Je trouve avec mon père une coque en bois moulé pas terminée, sans plans. Ce fut ma première expérience à 18 ans de retracer la coque, positionner la quille, faire un plan de voilure, redessiner le roof.
Mais très vite la passion du multicoque reprenait le dessus et je trouve une épave d'Iroquois que l'on retape. Ce fut ma merveilleuse maison de vacances de jeune homme qui marchait comme un avion. Bien des idées pour plus tard.

Sorti de fac, j'entre à l'école d'Architecture Navale de Southampton. Outre l'intérêt de jouer avec un bassin de carène, c'est aussi l'occasion de vivre en Angleterre où tout se passe encore à l'époque. Je visite chantiers, découvre le sandwich et cours autant que je peux: Semaine de Weymouth, Crystal Trophy en prao, Semaine de Cowes en Dragon ou Etchells, Championnat du RORC, du JOG et même invité aux Championnats du Monde de 18 pieds à Sydney.
En parallèle, je construis sans avoir suffisamment de moyen mes 18 pieds et j'apprends la construction sur le tas.

Pas encore sorti de l'université, mes premiers clients arrivent en 1976, dont mon prof de Math ! Je reste en Angleterre car il n'y a pas encore de chantier Français travaillant le sandwich. J'y suis donc chez Mustang Yachts la construction de Huitième Symphonie.

De retour en France, pas facile de percer dans ce métier ! Je travaille chez un broker, responsable à 24 ans du refit d'un motor-yacht de 50m ! Beau boulot techniquement intéressant, mais le milieu des super-yacht n'est pas mon truc et je retourne à mes petits voiliers !
De retour à Cherbourg, j'arrondis mes fins de mois en faisant des convoyages. Cela forge un marin et le Blanchard donne quelques convictions sur la tenue de mer !

Un Architecte débutant, plein d'illusions, est prêt à tout pour dessiner. J'accepte quelques coups foireux ou mal payés qui m'ont plutôt desservis mais finalement les commandes commencent à rentrer, la gamme s'étoffe.
En vrac parmi les projets les plus marquants:
Red Magnum, mon premier vrai ULDB, une construction amateur de 11m qui ricochait à 24 nœuds en 1979 ! Il m'a tant appris et surtout donné une confiance absolue dans le sandwich, comme dans les déplacements légers.
Haro, le dragster de Brest, une formidable amitié avec ses constructeurs Yann et Armel, les coups de main de Gilard, Mabire, Gahinet. Les pointes à 32 nœuds en 1983, plus vite que les maxi multis avec notre cata de 10,80m !
Inoui mon premier cata de croisière. On a tout gagné en course et il continue de voyager 26 ans plus tard! Encore une construction amateur en sandwich.
Catman le premier de bien des constructions à l'étranger et un beau palmarès.
Ville Audrain mon premier gros catamaran de série exposé au salon.
Azuli devenu un classique.
Dione Dos qui me donne l'occasion d'un gros coup de foudre pour l'Amérique du Sud.
Freydis avec lequel j'allais connaître les conditions de mer les plus dures de ma carrière de marin. 70 nœuds de vent en catamaran, cela ne s'oublie pas…

C'est aussi l'époque où je vivais sur mon bateau, Paladin, proto d'une nombreuse descendance. Je l'aimais bien, taille idéale, bon marcheur et passe-partout.
Mais l'évolution du métier amenait un choix. L'apparition de l'informatique pose problème. Pas possible de faire rentrer le matériel de l'époque dans le bateau ! Le nombre de commandes augmente et avant l'ère Internet, c'était bien difficile de suivre les constructions en envoyant les plans par poisson volant !
La famille allait se charger de la décision et Paladin fut remplacé par une maison avec un vrai bureau. Comme par hasard, avec un téléphone et un fax, les commandes se multiplient !

Quelques années plus tard, j'arrive à 400 études de voiliers. Il y a, bien sûr, des chouchous.
Petter 55 avec un style si moderne et l'aide de Jean-Michel Ducancelle.
Itzamma de Guy Delage, un bateau de voyage de rêve.
Haka 145 si merveilleusement réalisé en infusion en amateur pour les mers polaires.
Rackham Wing sur lequel je me suis régalé en régate, comme en balade avec mon fils.
Haka 86 construit avec si peu de moyens mais qui est allé jusqu'en Thaïlande. Petit bateau, petit problème.
Brazapi 40 un cata de série de seulement 12m capable d'aller au Spitzberg comme au Cap Horn.
Haka 80 si amusant à faire marcher et passe-partout.
Pulsar 50 auteur d'un étonnent tour du Monde.
Et bien d'autres encore mais surtout ceux qui sont encore dans l'ordi ou dont la construction débute.

Maintenant le métier a totalement changé. Avec Internet on peut suivre une construction au quotidien aux quatre coins du Monde. Je peux faire marcher la 3D sur mon portable.
Le fils a connu le bonheur de débuter sur Optimist, il dévore toute ma bibliothèque et il est temps qu'il découvre le large…
Alors je n'ai plus un fil à la patte au bureau, un Brattahlid se précise, encore 50 ans de voile ?

erik lerouge 50 ans de voile

Hugrikat 1: Première expérience d'architecture navale.


erik lerouge 50 ans de voile

Catchant 1 : Le cata des belles vacances familiales. Bonne inspiration pour
le futur !


erik lerouge 50 ans de voile

Vinland 2: Mise au point d'une reconstitution du bateau de Gokstadt. Super !


erik lerouge 50 ans de voile

Je ponce donc je suis 21: Historique ! Les premiers bords de mon premier 18 Pieds de Sydney en 1975. 11m de mât pour 5,50m de coque...



erik lerouge 50 ans de voile

Huitième symphonie 18: Re historique ! Le bateau de mon premier client touche
l'eau en 1976.



erik lerouge 50 ans de voile

Menfin 7: Rere historique ! Mon premier cata de chantier en 1979.



erik lerouge 50 ans de voile

Suppo 15: Rerere historique ! Mon premier croiseur perso...




erik lerouge 50 ans de voile

L'equille & Red Magnum 4: Red Magnum m'a permis de mettre au point mes codes
de VPP et de valider mes recherches en biquilles à ailettes. L'Haka 100 en
est son héritier moderne.



erik lerouge 50 ans de voile

Haro 25: Mon cher dragster de la semaine de Brest.



erik lerouge 50 ans de voile

Catman micro 9: En train de gagner le championnat de France sur mon premier
cata de série réalisé à l'étranger.



erik lerouge 50 ans de voile

Inouï 4: Victoire à la SAM! Mon premier cata de croisière en 1984, le point
de départ d'un style. Il voyage toujours...



erik lerouge 50 ans de voile

Ville Audrain 11: Mon premier gros cata de série en 1984



erik lerouge 50 ans de voile

Paladin 116: Mon cher bateau de voyage.



erik lerouge 50 ans de voile

Hapycalopse 25: Une luge de lac de 14,20m !



erik lerouge 50 ans de voile

Talence 7: Le Pulsar 26, mon premier tri de série. Gros palmarès et beaucoup de croisières !


erik lerouge 50 ans de voile

Jonathan 1: Un classique maintenant cet Azuli ! Ici on gagne la SAM mais il aussi voyagé dans le monde entier !


erik lerouge 50 ans de voile

Harpo 15: Essai d'une grand-voile épaisse Chapoutot.


erik lerouge 50 ans de voile

Flash-back 8: La logique des ULDB !


erik lerouge 50 ans de voile

Childeric 1: Le Freydis de ma Transat. 3 jours à sec de toile dans le Gascogne...


erik lerouge 50 ans de voile

Inis Mor 10: Les haka 180 des constructions amateur hors du commun.



erik lerouge 50 ans de voile

Trou Noir 68: Ce Pulsar 30 a tout gagné en Finlande !


erik lerouge 50 ans de voile

Surfing Entreprise 85: Un Petter 55, ce qu'il se passe lorsque l'on donne carte blanche à un architecte !


erik lerouge 50 ans de voile

Spirit 238: Haka 80, un de mes chouchous pour la ballade avec Aubert.


erik lerouge 50 ans de voile

Itzamma 12: Le bijou de Guy Delage.


erik lerouge 50 ans de voile

Newyorker 10: Un vainqueur de l'Ostar issu du Paladin 117.


erik lerouge 50 ans de voile

Talence-Aquitaine 12: Cet ancètre du Rackham a tout gagné à son lancement !


erik lerouge 50 ans de voile

Gaudeamus 278: Un Brazapi 410 au Spitzberg.


erik lerouge 50 ans de voile

Silence 7: Les Quarantièmes en famille puis un nombre de milles impressionnant pour cet Haka 133.


erik lerouge 50 ans de voile

Rackham Wing 134: C'est avec lui que je me suis le plus amusé cette année!



erik lerouge 50 ans de voile

Ambercat 210 164 : On y est à l'aise!


erik lerouge 50 ans de voile

Rayon Vert 258: Un Pulsar 50 autour du Monde.


erik lerouge 50 ans de voile

Obi One 107: Lancement d'une fusée au design Italien, le Vik 170.


erik lerouge 50 ans de voile

Iootas II 98: Une des plus belles construction amateur en strip planking que je connaisse, Vik 119.


erik lerouge 50 ans de voile

dessous AV Flash 40: Et enfin un Class 40.


Erik LEROUGE

Erik Lerouge Yacht Designs
La Touche
85240 FOUSSAIS-PAYRE
FRANCE

Tel: +33 (0)2 51 51 46 45
Email: design@lerouge-yachts.com
Website: http://www.lerouge-yachts.com[/i]

Les derniers commentaires :

Missing
Plumes
Il y aurait beaucoup de choses à dire.
j'ai juste l'impression que nous allons commencer à être un peu trop hors sujet.
mercredi 15 décembre 2010 16:10
Missing
Plumes
Oui oui
je persiste et signe.

Nous ne serons absolument pas d'accord sur ce sujet, c'est évident, autant le quitter, car ce n'est en effet pas le lieu.
mercredi 15 décembre 2010 14:57
Missing
Plumes
Il s'agirait peut être de recadrer.
Tout ceux - qui ont navigué sur une mer qui créé des vagues déferlantes au point de submerger l'arrière, à savoir, pour suivre l'échelle officiel, le force 10 minimum - vous diront qu'à ce niveau il est hors de question de pas être attaché quand on met le nez dehors.

Et de toute façon quand on en est arrivé à ce stade du gros temps, le mieux est souvent de rester sagement à l'intérieur et de laisser le voilier aux mains du pilote ou du régulateur, en fuite.

Mais qui a connu, ici sur ce forum, ce contexte ?




Dans ces années fin 70 puis 80, Il y a pour moi deux architectes qui se sont démarqués par leur choix osés et affirmés : Erik Lerouge et jean-Pierre Brouns.

mercredi 15 décembre 2010 14:24
Photo000
pendruig
orion 46
bonsoir à tous les amoureux de ces bateaux
perso un ami est en train de restaurer cet orion 46 qui malheureusement voit son revêtement de pont très mal vieillir. En effet la première peau reste collée au teck mais pas à la strat ....
c'est la photo à sa jeunesse.
Il y en a d'autres sur le site E. c'est celui qui a un piano à l'intérieur !!!!
mardi 14 décembre 2010 00:38
Attachment_1417428551375_img_3250_bis
tangnard
Que de beaux bateaux
Si je n'ai pas encore eu la chance de naviguer sur l'un deux, je l'ai souvent regardé de prés.

Je n'en ai jamais eu en ma possession, mais c'est souvent par manque d'argent au moment venu.
Pour le prochain, je verrais bien un Quasar31, mais je vais devoir bosser un peu plus (si c'est possible).

Je suis fan surtout les tris, et trouve le parcours sympathique. Un architecte (pas un cabinet) qui a autant de plans en mono, cata ou tri, il n'y en a pas d'autres à ma connaissance. CHAPEAU...
dimanche 05 décembre 2010 23:11
Voir tous les commentaires
Retour