Hollande

gilles93 le 09/11/2009

Il y a deux mois, pour mon asso. J’avais lancé sur la toile, une demande d’infos pour une navigation sur la mer intérieure des Pays-Bas à l’Ascension. J’ai atterri sur Héo où des blogueurs sympas m’ont tuyauté pour préparer ce bord. ( cath, enviro, le belge, kiwi, etc.…..)
On y est allé, maintenant j’vous raconte :

Mecredi 20 mai, après le boulot, nous étions 32 à rallier LELYSTAD. Le rendez- vous était à la marina, les commerces fermants tôt à ce qu’on nous a dit, l’avitaillement avait été fait à Paris.

LELYSTAD ressemble à une petite ville de province moderne et campagnarde avec ses maisons et ses petits immeubles en briques proprets. Pourtant il y a 80 000 habitants, 1 aéroport, 4 marinas de plus de 500 places, des trains et une autoroute qui y amènent. C’est la capitale du Flévolande, un immense Polder de 30km/10km gagner sur la mer dans les années cinquante. Rien d’historique ici, si ce n’est un grand Galion amarré près de l’écluse. Nos 5 bateaux étaient à la marina la plus au nord, en pleine campagne, cachée par une haute digue. Du haut de la digue on se rend vraiment compte de ce qu’est un polder. Nos bagnoles au parking étaient nettement en dessous du niveau de la mer, comme toutes les terres environnantes.
hollande
Mais ce qui nous a tout de suite très étonnés, ce sont ces oiseaux marrants,

Grèbes huppées, qui nichaient à moins de deux mètres des pontons.

" la faune à portée de main" entre autre, hirondelles sur nos amarres, cignes, canards, poules d'eau tous peu farouches et tous les habituel oiseaux de mer.

Entre les roseaux, des signes, des canards, des foulques noirs avec leurs petits et des hirondelles qui se posaient sur nos amarres sans que notre présence et nos aller et venu ne semble gêner ce petit monde.

Jeudi 21 mai (Ascension), nous sommes partis plein Nord. Temps couvert, s’éclairant à l’ouest, vent NE force 4, au près avec la houle on plantait des pieux. Puis ça s’est un peu dégagé, mais sur notre route un gros grain menaçait. Le ciel avait pris des couleurs, du noir au blanc avec des tâches de bleu, la mer était vert olive, avec une lumière étonnante. Le grain nous a vite rejoint et les bateaux qui n’avaient pas réduit la toile se sont retrouve vautré par des rafales tournantes. Les équipiers mal amariné ont vomis leurs quatre heures, ça a duré 10 mn, et puis devant tout est devenu bleu et derrière nous, un magnifique arc en ciel saluait notre passage et nous rappelait que même sur un lac on peut se faire secouer. Une heure après, nous étions à HINDELOOPEN en pays Frison.

hollande  hollande


illustrent Hindelopen, magnifique petit port sur la cote Frisonne.

Nos bateaux à poste, nous sommes partis à la découverte de ce village de pêcheurs. A terre, il faisait presque chaud. Le soleil descendant produisait une lumière qui sublimait la couleur des briques des maisons aux abords fleuris.

Au cœur du village un petit port bonbonnière, barré par une écluse et un pont levant, comme on peut en voir dans les tableaux des peintres hollandais.

Quelques petits canaux bordés par des jardins, enjambés par des petits ponts, avec des canards et des signes donnaient un sentiment de calme et de plénitude.

hollande

Plus loin une église du 17éme avec son clocher très penché appuyé sur sa nef, parce que construite sur un sol meuble,et sa place protégée par une digue où paissent des moutons.




hollande



La rue principale était plus animée.









hollande

Un alignement de petites maisons, toutes différentes, bien entretenues et joliment décorées. Certaines transformées en commerces offraient des babioles à touristes, mais aussi des petits meubles ou des sabots peints de décors fleuris sur font rouge ou vert, produits de l’artisanat local, célèbres jusqu’en Scandinavie.
hollande





Dans la marina quelques vieux gréement hollandais, sorte de péniche à voiles avec leurs dérives latérales si caractéristiques, de toutes tailles et si bien entretenues qu’on les croirait neufs, étaient une autre curiosité pour nous.

Le Vendredi, départ vers 10h30 pour les plus matinaux, direction ENKHUISEN, pas de vent, à peine 2 nœuds dans les risées. En bons marins, les skippers ont établi la voile et se sont éparpillés sur le plan d’eau pour chercher un peu de vent. Pas de spi sur ces bateaux de loc., avec ce tout petit air dans le cul, voiles en ciseaux on n’arrivait pas a gonfler le génois qui passait d’un bord sur l’autre. Même tangonné, cette voile trop lourde n’apportait rien. Après 2 bonnes heures à ce jeu, certain bateaux se sont mis à la cape pour déjeuner sur l’eau. Nous avions décidé de repartir après au moteurs. Nous croisons en mer des vieux gréements. Les hollandais sont des collectionneurs, il y en a vraiment beaucoup.

Vers 14h00, sur le canal 72, un de nos bateau nous signalait avoir pris un bout dans l’hélice et que sans vent, il dérivait sans pouvoir manœuvrer, au niveau d’une bouée du chenal principale. L’un de nous s’est dérouté pour lui porter assistance. La situation le permettant, il l’a pris à couple pour le ramener au port.

Vers 16h00 à la marina d’ENKHUISEN c’était l’affluence. Des dizaines de bateaux faisaient la queue pour se voir attribuer une place. Vers 17h00 nos bateaux à couple arrivaient. Celui en pane, s’est mis à l’ancre dans une zone dégagée, devant le Muséum-Park d’ENKHUISEN. Pour tenter de débloquer son hélice. Ils ont plongé, mais sans succès et on fini par demander l’assistance d’un plongeur.

La capitainerie débordée par cette affluence record, 300 bateaux de plus que la normale, faisait ce quelle pouvait. Des bateaux s’entassaient à couple entre les pontons.

Après 19h00 la marina pleine ras la gueule, nos amis recevaient l’assistance demandée. Les bateaux de loc. n’ayant pas non plus d’annexe, l’équipage était resté bloqué à bord, mais semblait avoir pris l’aventure du bon côté.

Arrivé trop tard pour les musées, nos équipages se sont dispersés et croisés dans le centre ville très animé…. Qui, s’installant à la terrasse d’un café pour déguster une bonne bière et profiter de l’ambiance, d’autres cherchant un resto sympas pour le diner du soir, d’autres encore musardant à la recherche de lieux et d’images à immortaliser dans cette ville pleine de charme et chargée d’Histoire.
hollande

Enkhuizen, Port et ville joli et sympa.(Ne pas rater son park muséum)

Après 22h00, une bonne moitié des équipages s’est retrouvé dans un bar à musique près de la tour, le long d’un canal pour une bonne bière. Les Barmen dansaient aux rythmes de la musique forte en tentant de mettre de l’ambiance. Les hollandais présents chantaient, mais étaient plutôt statiques. Ne connaissant pas les paroles des chansons, on s’est mis à faire la-la-la … et répondant aux invites des serveuses, nous nous sommes mis à danser. L’ambiance est montée d’un cran. La bière aidant, nous nous sommes mis à chanter des chansons de marins, les hollandais y répondant par des chansons de leur cru, et évidement notre répertoire étant limité nous avons glissé vers des chansons de corps de garde. On s’est aperçu que des hollandais en connaissaient certaines. Vers 2h30, nous avons quitté ce bar, ovationné par les hollandais au cri de « vive la France » en français s.v.p.


Le Samedi, à midi nous étions dans l’écluse. La route n’était pas bien longue, puisque nous avions décidé d’aller à HOORN. Toujours pas de vent, c’était encore raté pour régater. Nous avons déjeuné sur l’eau assaillit par une nuée de moucherons. Vers 15h00, tous nos bateaux étaient amarrés côte à côte dans la marina. Un nettoyage s’imposait pour retirer l’incroyable quantité de moucherons morts qui salissaient les ponts. Heureusement quelques seaux d’eau y ont suffit. A la capitainerie nous avons appris que la marina fêtait ses quarante ans d’existence et qu’un bar gratuit était ouvert à tous. Certains s’y sont attardé, les autres se sont éparpillés dans la ville.


Cette ville, elle aussi chargée d’histoire est à l’origine du cap HOORN, puisque c’est le capitaine d’un Navire Hollandais affrété par des commerçants de cette ville, qui lui a donné ce nom.
hollande

la Ville/port de Hoorn chargée d'histoire.

Le centre ville est juste derrière la marina, avec une belle place entourée de belles maisons aux frontons sculptés du 16éme siècle et de nombreux bars et restos, dont les terrasses très animées invitaient à s’y poser.

Dans une rue adjacente et commerçante, il y avait un marcher que nous sommes allé arpenter. Mais la remballe avait commencée et certains étals étaient déjà vides.

A 17h00 tapante même les commerces de villes fermaient et ces rues se sont vidées de leurs chalands.

Nous avons continué la balade pour nous imprégner du charme des lieux et après avoir traversé des quartiers tranquilles, sans grands immeubles, propres et fleuris, vu une superbe église, traversé des ponts sur des canaux, croisé sur des places ombragées des badauds qui répondaient à nos bonjours d’un sourire, nous sommes tombé sur le vieux port.

Une sorte de canal élargi, fermé par une écluse avec encore une collection de vieux gréements, une tour musée entourée de jardin et un quai bordé de maisons anciennes un peu penchées vers l’avant ou l’arrière, mais très bien entretenues, avec des bars et des restaurants qui servaient déjà à diner.

[c]hollande[/c]

Plus tard dans la soirée nous sommes tous retournés en hollandeville. C’était notre dernière soirée hollandaise et inconsciemment nous avions envie d’en profiter encore un peu.




Dimanche 24 mai, une belle journée pour la voile, vent NW force 3, ciel bleu, soleil radieux. Nous aurions voulu descendre vers Marken, mais une bonne partie des équipages souhaitait ne pas partir trop tard, car il y avait au programme du jour les 5h de route pour rallier Paris, avec les classiques embouteillages entre BREDA et ANVERS, qui avaient provoqué des arrivées tardives à l’aller, pour certain récupérer les enfants, le boulot du lendemain, etc. …. Nous avons, pour le plaisir, régaté jusqu’au chenal de l’écluse de LELYSTAD, au retour dans l'écluse de Lélystad. le passage des écluses fait partie de la navigation dans ces eaux.

Mais le cœur n’y était pas. Vers 14h30 tous les bateaux étaient à poste à leurs pontons de départ. Nettoyage, rangement, chargement des voitures et bye-bye à l’année prochaine.

Je savais que l’originalité de ce bord avait plu. Les retours que j’en ai me l’on confirmé et à voir le nombre de photos prises par les participants, il semble que l’on ait un peu satisfait ces envies d’ailleurs qui nous prennent parfois dans notre quotidien. Et puis aller naviguer sur ces mers intérieures, ce n’est pas plus loin que LA ROCHELLE et c’est beaucoup plus dépaysant.

Merci encore de votre aide à tous, et à bientôt sur le blog pour de nouvelles nav.


Salutations marines.

Gilles93


(ndlr, certaines photos peuvent ne coller pas parfaitement avec le nom des lieux, cela à été réalisé avec les éléments donnés par l'auteur, des erreurs ont pu s'y glisser, merci de votre indulgence)

Les derniers commentaires :

Sam_0341
Pircarre
Super !
Là vous avez navigué dans le nord du nord. Parce que nous, on est dans le sud du nord, c'est à dire dans le nord de ceux du sud. :tesur:

Bienvenue et bon vent !
vendredi 20 novembre 2009 16:29
Avatar
dica
Content que cela vous aie plu.
Eh oui, le nord n'est pas pire que celui décrit dans "les Chti".
samedi 17 octobre 2009 11:10
Voir tous les commentaires
Retour