Canal latéral + canal du midi

(eliot) le 03/18/2009

Voici une petite aide à la préparation du trajet des canaux latéral et du midi. Pour toutes questions, je vous conseille d'envoyer un mail ou de passer un coup de fil aux responsables départementaux des VNF, qui sur place, vous donneront des informations à jour concernant la navigation. Personnellement, je vote une étoile pour celui de Toulouse, qui a pris le temps de se renseigner.

j'avais entrepris avec ma petite famille et mon voilier, la traversée de l'Atlantique à la Méditerranée, via les canaux. Le niveau de l'eau était cette année favorable pour les 1,50m de tirant d'eau de mon Dufour, je préparais donc les escales possibles entre Bordeaux et Sète, avec calcul des haltes nautiques où laisser le bateau, n'ayant que mes week-end pour effectuer ce convoyage.
Hélas c'est là qu'est l'os, la section Castelnaudary-Carcassonne était encore incertaine (source vnf) concernant la hauteur d'eau, du à de nombreux branchages et morceaux d'arbres arrachés par la tempête de janvier, et le niveau n'était assuré qu'à 20cm en dessous de la cote nominale, à savoir 1.60-0.20, soit 1,40m. Il est a noter que cette cote soit de plus en plus définitive sur cette portion...
Je met à disposition ce petit tableau qui récapitule le trajet et ses points kilométriques, ainsi que ses écluses (auto en vert, manuelle en orange).
Bonne balade à ceux qui pourront prendre le canal cette année, pour moi, c'est rapé.

Ps: un grand merci à Yves, Heossien qui a fait ce trajet de nombreuses fois, et qui m'a donné quelques astuces pour arriver sans dégâts.
Avec sa permission supposée, je vous les livre :
- Protection du bateau
Pare-battage (pas de pneus) et planche
Seau en plastique pour protéger l'avant du mat
Aussières longues
- Difficultés aux écluses :
Un qui descend avant d'arriver à l'écluse avec une aussière. Attention au déversoir de l'écluse.

Rematage:
à Sète, chantier très sympa
dans l'autre sens : à Pauillac. Si vraiment vous ne pouvez faire autrement, à Bordeaux dans le bassin n°2, il y a une grue de matage. S'adresser impérativement au ship et chantier "le Compas" sur le port.

Les derniers commentaires :

Fb_img_1478935676627
Chloé

Je déconseille fortemant le matage ou dématage a Royan ou a Paulliac ....

1/ La gironde avec ses courants peut être bougrement vicieuse... et naviguer avec un mat sur le pont, même bien amaré, reste dangereux. j'ai personnelement faillie perdre le mien et tomber a l'eau.
ils ont reconnus a Paulliac que cela est arrivée quelque fois.

2/ un voilier est un bateau a voile. Naviguer au moteur n'est pas sa fonction première, son comportement est moins agréable qu'a la voile, et surtout il est plus sécurisant d'avoir deux moyen de locomotion.

Il y a un endroit a la sortie de Bordeaux pour remater. c'est ce que je voulais faire en première idée mais comme un imbécile je me suis fait convaincre d'aller a Paulliac

a savoir que contrairement a ce qui es souvantt dit mon matage a paulliac était beaucoup plus chère que mon dématage a l'entré du canal vers Setes chez Lallemand)

et dernièrement peut être le plus important aucun bar ne vous servira de biere a paulliac... pour des raison merdique... que je vous laisse découvrire....

mardi 17 juin 2014 11:16
Francis-2
courtox56

Bonjour,
il est intéressant de mâter ou démâter juste à l'entrée du canal à Marseillan. Il y a une bonne grue et quelqu'un qui connait nos bateaux.

Voici les coordonnées:
SAIL'IN Project
Ludiovic Roussille
3 Quai de Toulon
34340 Marseillan
06 82 99 03 83
contact@sailinproject.fr

Il a aussi un petit magasin d'accastillage.
Si votre enrouleur a cassé pendant le trajet, il peut vous en installer un neuf.

Pour ma part j'ai démâté à Frontignan, une bonne organisation, une équipe compétente, des magasins et des chantiers sur place. Les bateaux viennent de Sète pour y effectuer leur sortie d'eau.

A l'autre extrémité, l'équipe de Paulliac est très sympa et très compétente.
Attention à la vase à l'entrée du port à marée basse.

En cas de pépin vous pouvez aussi mâter à Royan, mais c'est ajouter de la distance à faire au moteur.

Pour le plein de gaz oil à mie distance:
Toulouse au Port Saint Sauveur est géré par la mairie et possède une pompe à essence et gaz oil sur un ponton. Douche, courses en ville, gare pour changer d'équipage etc ...

compter 100 heures de moteur de Pauillac à Sète soit 90 litres de gasoil.

mardi 17 juin 2014 08:55 *** Message modifié par son auteur ***
Rekin
Kaj
très bonne description et bons conseils de Denis. Si on veut éviter ou si on n'a pas de vélo on peut se servir de l'annexe quand pas assez d'eau au ponton de débarquement.
samedi 08 octobre 2011 12:05
Missing
(eliot)
Merci Denis des détails. Je démarre dans l’autre sens samedi, je donnerai quelques infos si nécessaire sur les changements entre Naurouze et Agde prévus cet hiver. J'ai mis à jour le fichier excel (pour ceux que ça intéresse, message en mp).
vendredi 07 octobre 2011 16:29
Shadock_marin
denis
Mon retour d’expérience personnel du canal du midi du midi d’Agde à Bordeaux.
Tout le monde m’avait conseillé d’éviter la haute saison pour circuler dans le canal.
Effectivement après ce que j’ai vu déjà en septembre, c’est tout à fait justifié.
Dans l’attente, j’avais mis au sec au chantier Allemand à Grau d’Agde, plus démâtage et remise à l’eau pour des prix tout à fait raisonnables. Un chantier familial compétent, qui fait ship, où on peut se fournir en bois, un bon choix.
Peu après l’entrée de l’Hérault, on prend le canal à l’écluse ronde d’Agde ou l’on peut acheter la vignette VNF, On aussi le faire sur internet et l’imprimer. http://www.vnf.fr/vnf/content.vnf?action=rubrique&rub_id=698
Les écluses ne sont pas si faciles à gérer pour un voilier en particulier dans la partie Bézier-Toulouse ou elles sont ovales.
Avec les remous, même protégé par des seaux, le mat qui dépasse, peut taper méchamment contre la paroi.
S’appuyer sur une garde n’est pas évident non plus, par définition le remous varie.
Pour éviter j’ai fini par mettre un bastaing transversal dépassant de plus d’un mètre de chaque coté sur la proue.
J’avais un portique légèrement plus haut que le tirant d’air affiché (3,40 m au milieu)
Je l’avais prévu basculé, mais le dépassement arrière avec les panneaux solaires en pare choc pour pénichettes auto-tampon me le faisait redresser dans les écluses. A l’expérience j’aurais du le démonter totalement.
Même inferieur au tirant d’air,le portique aussi peut toucher les murs dans les éclusages, garder les pare-battages les plus gros pour l’arrière et protéger le haut du portique.
On m’avait conseillé un maximum de pare battage. C’est effectivement justifié. Là aussi pour un voilier le problème est le niveau l’écluse pleine prés de la ligne de flottaison ou les pares battage flottants deviennent inefficaces en ripant. J’avais mis une planche prés de la flottaison, cela limite bien avec l’inconvénient d’être saillant sur les obstacles : échelle, ponton, etc. A l’expérience je mettrais deux planches articulées sur chaque coté pour mieux suivre le profil avec une toile de protection derrière.
J’avais à poste deux amarres de plus de 12m à l’avant et deux idem à l’arrière. C'etait suffisant.
Le tirant d’eau affiché est 1,60m. Personnellement j’avais un dériveur mais je ne recommanderais pas à plus de 1,40m maxi. Là encore il est nécessaire pour un voilier, qui n’a pas de toit comme les pénichettes, de poster un peu avant sur la rive un équipier, où il n’y a pas toujours de ponton ou de disponible, pour prendre les amarres dans les écluses montantes. Le problème est alors l’approche de la berge où le fond est rarement à plus de 1m/1,20m. Il peut éventuellement être contourné par un équipier à vélo qui est en avance du bateau. Mais le problème reste le même aux amarrages d’escale.
Il y a des éclusiers dans la partie jusqu'à Toulouse. Après dans le canal latéral de la Garonne les écluses sont généralement automatiques avec commande par perche suspendue.
Avec une vitesse limité à 8 km/h à un rythme moyen j’ai mis une quinzaine de jours entre d’Agde à Bordeaux.Une escale très intéressante : Moissac et son abbaye.
L’horamètre donnait un peu moins de 100h. Ci joint le doc sur les distances et les temps prévisibles.
Ici aussi on parle de Veolia pour gérer « les berges ». Pour notre bien sans doute ? Bien public s’entend…
Bonne nav à tous
vendredi 07 octobre 2011 14:36
Voir tous les commentaires
Retour